Quelques topos montagne des Pyrénées

  • Accueil
  • > Zap la guerre au grand pic des Halharises (15 juillet 2013)

15 juillet, 2013

Zap la guerre au grand pic des Halharises (15 juillet 2013)

Classé dans : — topospyreneens @ 22:30

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Massif du néouvielle,

grand pic des Halharises (2293 m), face Sud-Est,

« Zap la guerre », TD/300 mètres, 6a oblig.

Partis pour gravir « invitation au voyage », l’itinéraire peu évident combiné à des éboulements apparemment récents dans cette dernière nous ont incité à bifurquer dès la seconde longueur dans « Zap la guerre », distante d’une trentaine de mètres. Nous n’avons pas regretté notre choix et nous nous sommes vraiment fait plaisir dans les 3 longueurs raides du bastion orangé puis sur l’élégant éperon qui lui fait suite. Le rocher est de très bonne qualité durant toute la voie et se protège très bien. A faire sans hésiter.

Zap la guerre au grand pic des Halharises (15 juillet 2013) topo-zap-la-guerre-300x225

Première ascension : Jean-Pierre Pujolle et Pascal Ravier le 13 août 2002.

Accès voiture : De Saint-Lary Soulan, prendre la route de la station de Piau-Engaly que l’on quitte à Fabian pour prendre à droite la route des lacs. On laisse la voiture peu avant le lac de cap de long au niveau des baraquements d’Estaragne (ruines, côte 2079 m).

Accès pédestre : Du parking, emprunter le bon sentier de la voie normale de l’Estaragne puis du col d’Estaragne. Celui-ci passe au pied de la face Sud-Est du grand pic des Halharisses que l’on rejoint en traversant un pierrier (1 heure à 1 heure 15 de la voiture). La voie débute une soixantaine de mètres à gauche du profond couloir de la voie Trouvé dans un mur suivi d’un dièdre en ascendance à droite.

Descente : deux solutions :

  • la voie se termine sur l’arête est du grand pic que l’on peut suivre jusqu’au sommet, 100 mètres d’arête en 3/3+. On descend alors par le versant Campbieil de l’arête sud. Compter 1 heure de descente du sommet au pied de la voie (voir le topo de P. ravier).
  • une autre solution plus rapide consiste du sommet de l’éperon (lorsqu’il rejoint l’arête) de prendre pied facilement dans le vallon Est des Halharises. Descendre alors ce pierrier (pentes de neige en début de saison) jusqu’à la base de l’arête est que l’on contourne pour rejoindre le sentier d’accès.

Descriptif des Longueurs :

L1 : Remonter le raide mur orangé (6a) puis le flanc droit du dièdre en ascendance à droite. Un petit crochet à droite (V+) permet de gagner une bonne vire où l’on fait relais (1 piton).

L2 : Suivre un dièdre couché (IV+) en ascendance à gauche jusqu’à une bonne vire au pied d’un mur très raide (2 pitons au relais).

L3 : Traverser de 8 mètres vers la droite sur la vire en franchissant un gros bloc pour rejoindre une très belle fissure verticale que l’on suit (V+/6a, 1 piton). On atteint une bonne vire à partir de laquelle on remonte en ascendance à droite (V+, 1 piton) jusqu’au pied d’un mur orangé vertical rayé d’une fissure. Relais sur friends.

L4 : Traverser à l’horizontale à gauche sur 5-6 mètres (V, 1 piton dans la dalle de départ) pour atteindre un dièdre que l’on remonte entièrement (V/V+). relais sur friends.

Continuer sur l’éperon désormais bien individualisé sur environ 150 mètres (III/IV).

Difficultés : TD, soutenu dans le V/V+ avec quelques pas plus durs sur les 4 premières longueurs. Eperon plus facile et moins raide ensuite.

Equipement : 6 pitons en place dans les longueurs et à certains relais. Le reste se protège très bien.

Matériel : 10-12 dégaines, coinceurs dont des petits, jeu de friends complet jusqu’au camalot n°2 (jaune), sangles. Les pitons ne sont pas indispensables.

Hauteur de la voie : 300 mètres dont 160 soutenus.

Altitude sommet : 2993 mètres

Horaire : 4 heures.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

halim soulimani |
Clermont foot auvergne |
• ★ • pOpinée De tImb... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecurie
| hamzakhan
| Christophe Dominici