Quelques topos montagne des Pyrénées

8 août, 2007

Voie Malus au Quayrat

Classé dans : — topospyreneens @ 11:05

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Grand Quayrat (3060 m), face ouest

Voie Malus

 Topo Malus

Voie malus au Quayrat
Album : Voie malus au Quayrat

0 image
Voir l'album

Itinéraire au caractère montagne très marqué. Il est peu soutenu, les longueurs où il faut « s’employer » alternent avec des zones moins raides où il est possible de faire de la corde tendue. Il est rarement parcouru mais mérite une petite visite.

Première ascension : Anita de Ara, A. Fournier, L. Malus et P. Souriac, le 14 septembre 1949.

Accès voiture : De Bagnères de Luchon, prendre la route du col de Peyresourde que l’on quitte à gauche à Castillon de Larboust pour monter aux granges d’Astau (parking).

Accès pédestre : Du parking, suivre le GR10 qui passe au lac d’Oo puis au col et au refuge d’Espingo. Contourner le lac de Saüssat par la droite pour monter à la coume de l’Abesque (laquet). Continuer le bon chemin vers la gauche qui mène au refuge et au lac du Portillon. Avant d’arriver sur le replat en vue du refuge, repérer un piquet blanc tenu par des cailloux, 50 mètres au dessus quitter le chemin à gauche pour franchir la gorge et le ruisseau sous la face (quelques cairns). Monter à vue dans des pelouses et des éboulis jusqu’au pied de la face (3 heures à 3 heures 30 depuis les granges d’Astau.

Il est possible de dormir au refuge d’Espingo (1 heure 30 d’approche le lendemain), ou au refuge du Portillon (30 minutes d’approche le lendemain en revenant sur ses pas jusqu’au pluviomètre puis en descendant la gorge jusqu’à l’aplomb de la face que l’on atteint par une pente d’herbe et d’éboulis).

Descente : Par la voie normale du Quayrat. Du sommet, suivre l’arête vers le nord d’abord par une vire sur son versant est puis à toute crête lorsqu’elle devient large et caillouteuse. On atteint une brèche vers 2800 mètres. Descendre le large couloir sur la gauche sur environ 200 mètres (on évite une partie de dalles lisses dans le couloir par un crochet rive gauche). Traverser horizontalement à droite le couloir puis des pentes herbeuses jusqu’à une arête  raide et herbeuse que l’on descend vers les éboulis que l’on atteint par un crochet à gauche. Descendre ces éboulis toujours en tirant à droite sans jamais descendre franchement jusqu’à la côte 2250 où l’on traverse horizontalement à droite. On trouve alors une sente dans des pelouses qui traverse en descendant toujours vers la droite jusqu’à un nouvel éboulis que l’on descend droit. Au bas de celui-ci, on retrouve une sente horizontale à droite qui mène au col d’Espingo. Toute cette descente est cairnée. (2 heures 30 à 3 heures jusqu’à la voiture).

Descriptif des longueurs : L’attaque se situe à l’angle des faces ouest et sud-ouest, juste à droite de l’éperon ouest-sud-ouest. Il est caractérisé par une zone de rocher clair coincé entre deux bastions de rocher ocres et raides.

L1 : commencer l’escalade dans le vague dièdre qui marque le bord gauche de la zone de dalles claires. Monter en légère ascendance vers la droite jusqu’à une grande vire herbeuse que l’on traverse pour s’engager dans un dièdre bien marqué en rocher douteux. Le remonter sur une dizaine de mètres et faire relais sur friends au niveau d’une petite terrasse avant qu’il ne devienne surplombant ( 5).

Il est possible que ces 2 premières longueurs ne suivent pas exactement l’itinéraire original qui doit se situer un peu à droite.

L2 : franchir le surplomb et se rétablir dans une zone moins raide que l’on remonte jusqu’au pied d’une rampe herbeuse qui part vers la droite (5 puis 3). Relais sur un béquet.

L3 : remonter la rampe herbeuse jusqu’à l’aplomb d’une zone de rochers clairs fracturés. Les remonter et en sortir par la droite. On se trouve alors au pied d’un dièdre redressé dans le quel on s’engage sur quelques mètres pour faire relais sur une petite terrasse (1 piton en place). 3 puis 4.

L4 : continuer dans le dièdre sur 10 mètres (5+/6a rendu délicat par la qualité du rocher) pour se rétablir sur une zone couchée que l’on remonte facilement jusqu’au pied d’un petit cirque de dalles claires polies.

L5 : remonter sur environ 80 mètres cet amphithéâtre de dalles jusqu’à la zone de schistes rouges. Relais sur un béquet. Cette escalade en 3/3+ est difficile à protéger car très compacte.

Il est facile de ce relais de repérer la suite de l’itinéraire. On remarque légèrement à gauche au dessus de la zone herbeuse une succession de dalles claires à droite d’un éperon. La voie remonte ces dalles puis une vague rampe en oblique à droite qui amène sous un dièdre qui se redresse en une raide cheminée bien visible.

L6 : marche, on remonte en légère ascendance vers la gauche une zone herbeuse jusqu’au pied de belles dalles claires à droite d’un éperon bien marqué.

L7 : remonter en louvoyant cette succession de dalles en se tenant toujours à droite de l’éperon (3 – 4, 1 piton en place). On fait relais sur friends au pied d’une vague rampe en oblique vers droite.

L8 : suivre cette rampe en franchissant toujours vers la droite une succession de petits dièdres jusqu’à se retrouver au pied d’un dièdre bien marqué qui s’élève vers la gauche. Ce dièdre se redresse en une cheminée fermée bien visible depuis la zone de schistes. On fait relais sur un béquet au niveau d’une bonne terrasse avant qu’il ne se redresse. Ensemble de 4/4+.

L9 : Continuer dans la cheminée (4+, 1 piton) puis dans le dièdre couché qui lui fait suite. On en sort par la gauche pour rejoindre l’éperon sur lequel on fait relais.

La suite de l’itinéraire suit d’abord le flanc gauche de l’arête jusqu’à une profonde brèche qui permet de passer sur le flanc droit jusqu’au sommet – ensemble de 2, 3 (150 mètres).

Difficultés : TD inf. peu soutenu, l’itinéraire alterne des longueurs d’escalade avec des zones plus couchées. Dans la première partie, l’escalade est parfois rendue difficile par la qualité du rocher. Il s’améliore pour devenir très bon au-dessus.

Equipement : On ne rencontre que 4 pitons sur l’ensemble de la voie. Il est très facile de se protéger avec coinceurs et friends sauf dans le petit cirque de dalles polies sous la zone de schistes.

Matériel : 6 dégaines, coinceurs, jeu de friends complet jusqu’au 3 camalot. 3 pitons au cas où.

Hauteur de la voie : 550 mètres. Escalade rapide en raison de zones moins raides.

Horaire : 4 à 6 heures.

Topo : Guide Ollivier Pyrénées centrales (tome 3 : Vallées d’Aure et de Luchon).

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

halim soulimani |
Clermont foot auvergne |
• ★ • pOpinée De tImb... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecurie
| hamzakhan
| Christophe Dominici