Quelques topos montagne des Pyrénées

31 juillet, 2008

Face Est du doigt de Pombie

Classé dans : — topospyreneens @ 22:50

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Pic du midi d’Ossau, doigt de Pombie (2446 m),

face Est

Voie moins soutenue mais tout aussi enthousiasmante que l’éperon Est. Elle permet une petite visite à un satellite de l’Ossau moins fréquenté que l’aiguillette Jolly ou la pointe jean Santé. Seul l’éclairage du matin permet de bien l’identifier car le soir elle se confond avec le second plan. Depuis le refuge, le premier bastion de couleur rouge paraît très raide et compact, ce n’est qu’au dernier moment que l’on aperçoit le magnifique dièdre qui permet de le remonter. Côtée TDinf., cette escalade nécessite tout de même un peu de “métier”, les pitons ne sont pas très nombreux mais bien placés. La succession de fissures et de dièdres avec parfois un petit passage en dalle pour les rejoindre est un enchantement. Descente en désescalade puis en 8 rappels dans le couloir NNE.

topo face Est du doigt de Pombie 

Face Est du doigt de Pombie
Album : Face Est du doigt de Pombie

2 images
Voir l'album

Première ascension :

Partie inférieure : J Bergès et H. Baudéant.

Partie supérieure en 1972 par T. Bedel et D. Gillereau.

Accès voiture : De Pau, suivre la direction de Saragosse. A Gan, laisser Oloron Sainte-Marie à droite et suivre la vallée d’Ossau. Passer Laruns puis les Eaux-chaudes. Continuer en direction du col du Pourtalet et se garer sur un grand parking à gauche, 1 kilomètre avant celui-ci, à la cabane de l’Araille (1709 mètres.).

Accès pédestre : Du parking il faut se rendre au refuge de Pombie, pour cela, descendre légèrement et franchir le ruisseau grâce à deux passerelles. Un bon sentier part plein Nord et monte au refuge en passant par le col de Soum de Pombie. On suit ensuite le bon sentier du col de Suzon qui passe sous la pointe Jean Santé puis sous le doigt dont on rejoint la base par un éboulis raide (1 heure jusqu’au refuge puis 40 minutes jusqu’à l’attaque). Le pied du doigt de Pombie est souvent défendu assez tard dans la saison par un gros névé persistant. On pourra alors soit passer entre la neige et le rocher si c’est possible ou sinon remonter le névé (prévoir les crampons pour le matin).

Descriptif des longueurs :

La première partie est constituée d’un imposant bastion de rocher rouge, haut d’environ 100 mètres, rayé d’un dièdre fissuré qui en

est l’unique point de faiblesse (celui-ci n’est pas visible du refuge et on ne l’aperçoit qu’au dernier moment durant la marche

d’approche). L’attaque se situe dans des rochers blancs 20 mètres à droite de l’aplomb de cet unique dièdre.

L1 : remonter un premier mur de rochers blancs sur environ 25 mètres jusqu’à la vire la plus haute qui fait la transition avec le bastion de

couleur rouge (4+, 1 piton). On passe 2 mètres sous un relais facultatif en traversant à gauche pour rejoindre la base du dièdre caractéristique

au niveau d’une vire (4, 1 piton). On fait relais sur 2 pitons, 50 mètres.

L2 : attaquer le dièdre par 3 mètres d’escalade difficile (6a, 1 coin de bois), on continue par une cheminée plus facile (4+, 2 pitons). Juste

avant qu’elle ne se transforme en un dièdre raide et parfait, effectuer une petite traversée à gauche pour rejoindre une autre ligne de fissures

raides (relais sur pitons facultatif) que l’on remonte droit jusqu’à une bonne vire (5, 2 friends coincés), relais sur béquet, 45 mètres.

Il existe une variante à droite plus dure (5+/6a) en suivant intégralement le dièdre (prévoir 3 gros friends).

L3 : monter en ascendance à gauche par un magnifique dièdre fissuré jusqu’à une vire que l’on suit vers la gauche sur quelques mètres (5).

Franchir un court mur jusqu’à une rampe qui ramène à ascendance à droite jusqu’au pied de la grande vire herbeuse qui marque la fin de la

première partie (4). Relais sur friends, 45 mètres. Echappatoire possible vers la droite en 2 rappels.

On remonte alors intégralement la vire herbeuse sur environ 80 mètres pour monter R3 bis au pied de rochers blancs juste à gauche

d’un grand mur lisse de couleur rouge. Il faut profiter de cette jonction pour bien repérer L4 qui est la longueur la moins définie. Un

 bon point de repère est un petit toit triangulaire bien visible 100 mètres au-dessus de la vire. 

 L4 : remonter en ascendance à gauche les rochers blancs (3) jusqu’à se trouver à l’aplomb du petit toit triangulaire précité. On franchit un

court mur raide juste à gauche d’un bloc posé (4+) pour rejoindre en ascendance à gauche une belle dalle que l’on remonte (4, 1 piton). Un

dièdre facile à gauche mène au relais sur 1 piton et friend, 50 mètres.

 L5 : traverser en ascendance à droite la dalle juste à droite du relais (5, 1 piton) pour rejoindre un système de dièdres que l’on remonte dans

une zone peu défini (4+) pour établir le relais sur friends juste à l’aplomb du petit toit triangulaire, 50 mètres.

L6 : remonter le dièdre évident qui part vers la gauche, d’abord facile (4), il se redresse et devient lisse sur les 10 derniers mètres (5+ puis 6a,

4 pitons). Relais sur 1 piton et friend, 45 mètres.

L7 : continuer dans le système de dièdre vers la gauche en évitant la première partie par la gauche jusqu’à une bonne vire (4+) que l’on atteint

par de gros blocs. Remonter ensuite le dièdre vertical et lisse juste au-dessus, haut d’environ 10 mètres (6a+, 1 piton). Ne pas monter jusqu’au

surplomb, mais quitter le dièdre par la droite juste à sa sortie pour atteindre une bonne marche, relais sur béquet, 35 mètres.

L8 : une traversée délicate en dalle vers la droite (5+) permet de rejoindre un autre dièdre. Le remonter sur une vingtaine de mètres (4+, blocs coincés) et repérer

juste à droite un petit surplomb orange. Quitter le dièdre juste à son niveau pour le contourner par la droite (5+, 1 friend coincé) et monter droit au-dessus pour

gagner le sommet. Relais sur béquet, 50 mètres.

 

Descente :

On rejoint la brèche par une désescalade (2), versant sud-ouest, où l’on trouve le premier amarrage de rappel. On rejoint ensuite le pied en 7

rappels.

Rappel 1 : 50 mètres, entre les 2 couloirs. On trouve le suivant au niveau d’une vire bien décalé à droite.

Rappel 2 : 45 mètres, légèrement à gauche jusqu’au couloir.

Rappel 3 : 40 mètres, suivre la rampe herbeuse couchée vers la droite jusqu’au relais suivant au niveau d’une large vire rocheuse

Rappel 4 : 40 mètres, dans l’axe sur des dalles jusqu’à la sortie d’un couloir.

Rappel 5 : 50 mètres, dans le raide couloir jusqu’à une vire herbeuse horizontale que l’on suit sur la droite sur 15 mètres pour trouver un relais

sur gougeons.

Rappel 6 : 40 mètres, dans l’axe jusqu’à une vire, relais sur gougeons

Rappel 7 : 45 mètres jusqu’au sol.

Compter 2 à 3 heures du sommet au refuge.

 

Difficultés : 6a+ maximum, 5+ obligatoire. La voie n’est pas très soutenue, mais certains passages en fissure et dièdre sont exigeants.

Equipement : Quelques pitons aux relais et dans les longueurs les plus dures laissent la part belle à l’utilisation de coinceurs et friends. Les fissures se prêtent parfaitement à leur utilisation.

Matériel : 10 dégaines dont des longues, rappel de 50 mètres, un jeu de friends complet du camalot bleu au camalot n°3 en doublant quelques petits et moyens, un jeu de coinceurs. Il faudra prévoir 3 camalots n°3 si l’on opte pour la variante à droite de L2. De la cordelette pour éventuellement remplacer celle des relais de rappel. Les crampons peuvent être utiles s’il faut remonter le névé à la base.

Hauteur de la voie : 370 mètres.

Altitude sommet : 2446 mètres pour la pointe Jean santé.

Horaire : 4 à 5 heures.

Topo :

Passages pyrénéens, de R. Thivel, C. Ravier et R. Munsch.

Escalade au pic du Midi d’Ossau de Patrick Dupouey.

Où dormir : Refuge de Pombie au pied de la face Sud de l’Ossau.

30 juillet, 2008

Eperon Est à l’Ossau, pointe Jean santé

Classé dans : — topospyreneens @ 22:41

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Pic du midi d’Ossau, pointe Jean santé (2506 m)

Eperon est jusqu’à l’épaule

Après quelques années passées sans grimper sur ce versant de l’Ossau, la mémoire s’effaçant, c’est presque avec un enthousiasme de découverte que nous avons parcouru ce petit bijou. Aucune longueur ne vient rompre la beauté de cette ligne pure où alternent fissures et dièdres au milieu de dalles lisses. Le tracé est astucieux et raide. Nous décrivons ici uniquement la première partie jusqu’à l’épaule équipée pour la descente d’une bonne ligne de rappels sur pitons quasiment tous dans l’axe jusqu’à la vire d’accès. De cette manière, la course est rapide et permet un départ un peu tardif.

Topo éperon Est à la pointe Jean Santé 

Eperon est à la pointe Jean santé
Album : Eperon est à la pointe Jean santé

5 images
Voir l'album

Première ascension : En 1955 par jean et Pierre Ravier.

Accès voiture : De Pau, suivre la direction de Saragosse. A Gan, laisser Oloron Sainte-Marie à droite et suivre la vallée d’Ossau. Passer Laruns puis les Eaux-chaudes. Continuer en direction du col du Pourtalet et se garer sur un grand parking à gauche, 1 kilomètre avant celui-ci, à la cabane de l’Araille (1709 mètres.).

Accès pédestre : Du parking il faut se rendre au refuge de Pombie, pour cela, descendre légèrement et franchir le ruisseau grâce à deux passerelles. Un bon sentier part plein Nord et monte au refuge en passant par le col de Soum de Pombie. La vire d’accès à l’éperon est bien visible du refuge et coupe de gauche à droite la muraille Sud de la pointe Jean Santé pratiquement en son point le plus bas (1 heure jusqu’au refuge puis 20 à 30 minutes jusqu’à la vire).

Descriptif des longueurs :

On suit intégralement la vire de gauche à droite sur environ 120 mètres (passages de II et III entremêlés d’herbe). Elle s’élargit avant de

bifurquer à gauche vers le couloir Pombie-Suzon. L’éperon débute sur la gauche au niveau d’un surplomb rayé d’une fissure avec un vieux coin

de bois.

L1 : franchir le court surplomb (5+) puis continuer en ascendance à droite  par un petit dièdre puis une dalle (4, 1 piton). R1 sur 2 pitons, 40

mètres. Ne pas partir à gauche dans une zone moins raide au premier tiers de la longueur.

L2 : remonter le magnifique dièdre droit au-dessus du relais (5+, plusieurs pitons en place). En sortir par la gauche pour faire le relais dans une

dalle sur 3 pitons, 35 mètres.

L3 : monter droit au-dessus du relais dans le mur raide jusqu’au surplomb (5+, 2 pitons), faire alors une grande traversée à gauche (6a,

3pitons) sous le surplomb pour aller faire le relais dans une dalle déversée sur 3 pitons. 25 mètres.

L4 : partir en ascendance à gauche sur une rampe au bout de laquelle on monte droit dans un petit dièdre (4+, un peu expo) puis monter en

ascendance à droite au niveau d’une petite grotte (4, 1 piton), R4 sur 2 pitons, 35 mètres.

L5 : Revenir en ascendance à gauche (4) puis à droite par une succession de petits dièdres entre-coupés de vires. On croise un relais sur 3

pitons (qui servira à la descente) et on gravit un dernier petit dièdre à droite pour faire le relais sur un béquet sur une vire juste avant un dièdre

cheminée raide. Ensemble de 4, 40 mètres.

L6 : remonter la cheminée puis les petits dièdres qui lui font suite jusqu’au pied d’un dièdre herbeux (5, 3 pitons). On l’évite par un petit

crochet à gauche dans un mur raide fissuré (5, 1 piton au départ). Relais sur une bonne vire sur 2 pitons, 45 mètres.

L7 : c’est la longueur clef, évidente, elle suit un système de fissures et de dièdres légèrement vers la gauche puis revient sur la droite pour trouver le relais sur 3

pitons. On trouve 6 pitons dans la longueur plus un coinceur coincé. L’ensemble fait 6b, 40 mètres. Il est possible de la fractionner sur un relais au milieu sur

pitons mais il semble peu confortable.

Descente :

Nous décrivons ici une descente en rappels possible uniquement si l’on interrompt la voie à l’épaule (R7), si l’on continue jusqu’à la pointe, il

faudra descendre par la voie des vires après un rappel dans le cirque gris.

De l’épaule, on peut descendre en 5 rappels jusqu’à la vire d’accès. Les deux premiers à R7 et R6 (40 puis 45 m.), le troisième légèrement en contrebas à gauche de R5 (45 m), le quatrième à R3 (40 m.), le cinquième décalé à gauche de l’axe de la voie dans une dalle sous un gros surplomb en arc de cercle (40 m.). Tous ces relais sont sur pitons, prendre de la cordelette pour éventuellement remplacer celle existante. On suit ensuite la vire à la descente jusqu’au moment où elle se rétrécit et devient rocheuse, un ultime rappel sur une racine et un bloc dépose au pied. Compter 2 heures de l’épaule au refuge.

 

Difficultés : 6b maximum, 5+/6a obligatoire. La voie nous est apparue assez soutenue en fissures et dièdres verticaux. La traversée en 6a de la 3ème longueur est expo pour le second (impossible de mettre un point pour assurer sa traversée).

Equipement : Tous les relais sont équipés sur pitons, quelques autres viennent jalonner les longueurs. Les friends et coinceurs viendront les compléter.

Matériel : 10 dégaines dont des longues, rappel de 50 mètres, un jeu de friends complet du camalot bleu au camalot n°3, un jeu de coinceurs. De la cordelette pour éventuellement remplacer celle des relais de rappel.

Hauteur de la voie : 260 mètres jusqu’à l’épaule.

Altitude sommet : 2506 mètres pour la pointe Jean santé.

Horaire : 4 à 5 heures.

Topo :

Passages pyrénéens, de R. Thivel, C. Ravier et R. Munsch.

Escalade au pic du Midi d’Ossau de Patrick Dupouey.

Où dormir : Refuge de Pombie au pied de la face Sud de l’Ossau.

11 novembre, 2007

Pic de la Mine en traversée d’Est en ouest

Classé dans : — topospyreneens @ 15:29

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Traversée du pic de la Mine (2708 m.) – Du pas de l’escalette par l’arête Est au port de Vénasque

Massif du Luchonnais

Un peu plus que de la randonnée, pas vraiment une course dans le sens de la difficulté, cette traversée nécessite malgré tout une bonne expérience de la montagne et des terrains raides et peu commodes. Parcouru en hiver, la neige rajoute un peu plus à l’impression de haute montagne. Le rocher est meilleur que ne le laisse penser le guide Ollivier qui le qualifie de « mauvais ». Aucun passage n’est difficile mais néanmoins il faut poser les mains sur la quasi totalité du parcours. La descente est raide et il faudra être vigilant par fort enneigement.

Topo traversée pic de la Mine 

Pic de la Mine en traversée dEst en Ouest
Album : Pic de la Mine en traversée d'Est en Ouest

4 images
Voir l'album
 

Première ascension : Inconnue.

Accès voiture : Depuis Bagnères de Luchon, prendre la direction de Superbagnères que l’on quitte en prenant à gauche celle de l’hospice de France. Se garer sur le grand parking de l’hospice. En hiver, cette route est interdite à la circulation et non déneigée, il faut alors emprunter l’ancienne route jusqu’à la zone d’effondrement et terminer à pied (1 heure jusqu’à l’hospice).

Accès pédestre : Du parking (1385 m), prendre la piste qui monte en direction de la cabane du Pesson, après les 2 lacets prendre à gauche le sentier qui monte en direction du plateau de Campsaure. De celui-ci, laisser sur la gauche le sentier qui va vers l’Entécade et prendre celui qui part à droite vers le pas de l’Escalette (panneau indicateur). Il s’élève en ascendance à flanc en passant par le pas de la Montjoye et mène au pas de l’escalette (2396 m.). 2 heures à 2 heures 30 de l’hospice.

descente : Du sommet, suivre l’arête Ouest d’abord horizontale, elle plonge brusquement vers le port de Vénasque. On la suit en restant le plus souvent sur son flanc droit dans un terrain raide d’herbe et d’éboulis (cairns). On arrive ainsi à une brêche juste avant que l’arête ne devienne horizontale. S’engager alors dans le profond couloir à droite issu de cette brèche et rejoindre ainsi 100 mètres plus bas le sentier du port de vénasque. Le suivre sur la droite en passant au refuge de Vénasque. 2 heures du sommet à l’hospice.

Descriptif de l’itinéraire : Du pas de l’escalette, suivre l’arête vers l’ouest. Le plus amusant est de rester sur le fil constitué de schistes francs (II), mais il est également possible de passer versant sud en contrebas de l’arête dans des pelouses raides. Après 150 mètres, elle devient horizontale et facile. Il n’y a pas de difficulté notoire jusqu’au dernier ressaut sous le sommet. Pour l’atteindre, descendre dans une brèche encaissée par une petite désescalade (II) et remonter en face en se tenant sur le versant sud (II sur une cinquantaine de mètres). 2 heures à 2 heures 30 du pas de l’Escalette.

Difficultés : PD, pas de réelle difficulté en escalade, mais on évolue tout le temps sur une arête dont les 2 versants sont raides. Sans être difficile, il faut avoir le pied sûr et savoir évoluer en sécurité en corde tendue si l’on emmène des personnes avec peu d’expérience.

Equipement : Néant.

Matériel : Sangles, un petit brin de corde de 20 mètres suffit.

Horaire : 2 à 3 heures jusqu’au pas de l’escalette puis 2 à 3 heures jusqu’au sommet et enfin 2 heures de descente.

Topo : Guide Ollivier « Pyrénées centrales, vallées d’Aure et de Luchon », tome 3.

11 octobre, 2007

Traversée de l’arête du portillon d’Oô au port d’Oô

Classé dans : — topospyreneens @ 19:23

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Traversée de l’arête du portillon d’Oô au port d’Oô

Long parcours de crête entre 2900 et 3000 mètres.

Cette arête un peu lointaine fait partie des nombreuses classiques courses de crête que propose le massif du Luchonnais. L’escalade n’est jamais difficile et s’apparente souvent à de la marche aérienne, mais l’itinéraire reste toujours agréable et intéressant. On pourra, pour la raccourcir un peu, s’arrêter à la pointe côtée 3097 juste après le Cap du Seil de la Baque. L’ambiance haute montagne est très présente et l’on évolue presque en permanence au-dessus de 3000 mètres.

 Topo traversée du Seil de la Baque

Traversée du Portillon au port dOô
Album : Traversée du Portillon au port d'Oô

7 images
Voir l'album

Première ascension : J. Haurillon et Rouyer en 1910.

Accès voiture : De Bagnères de Luchon, prendre la route du col de Peyresourde que l’on quitte à gauche à Castillon de Larboust pour monter aux granges d’Astau (parking).

Accès pédestre : Du parking, suivre le GR10 qui passe au lac d’Oo puis au col et au refuge d’Espingo. Contourner le lac de Saüssat par la droite pour monter à la coume de l’Abesque (laquet). Continuer le bon chemin vers la gauche qui mène au refuge et au lac du Portillon (3 à 4 heures de la voiture). Du refuge, traverser sur le barrage et monter en face pour gagner le vallon inférieur de Literole que l’on traverse horizontalement vers le droite pour trouver une sente qui franchit une barre rocheuse toujours vers la droite. On arrive ainsi dans le vallon de Literole sous le pic Royo. S’élever en ascendance à droite vers le glacier du Portillon. On peut le remonter en début de saison lorsqu’il est en neige ou bien l’éviter par la droite lorsqu’il est en glace (prévoir quand même les crampons). 1 heure 30 à 2 heures du refuge.

Descente : Du port d’Oô, descendre dans de raides éboulis vers le nord jusqu’au petit vallon issu du col des Gourgs Blancs. Ne pas descendre vers le lac glacé mais remonter légèrement en face sur un éboulis rouge sous le pic Gourdon. Un passage cairné dans une barre rocheuse permet ainsi de rejoindre un petit laquet au Nord-Ouest du lac glacé. En remontant la petite crête en face, on rejoint la voie normale des Spijeoles qui passe sous sa face est. Une bonne sente ramène à la Coume de l’Abesque où l’on retrouve le sentier de montée au dessus du lac Saoüssat (3 à 4 heures du port à la voiture).

Descriptif de l’itinéraire : Du Portillon d’Oô, traverser légèrement versant Portillon pour rejoindre une cheminée d’éboulis que l’on remonte entièrement. Suivre ensuite la crête en meilleur rocher jusqu’au pic du Portillon d’Oô (passages de II). Continuer sur la crête d’abord horizontale puis en légère descente jusqu’à ce qu’elle devienne plus raide et descende vers la brèche 2973 m. On peut soit faire un rappel de 20 mètres, soit désescalader (III) pour atteindre cette brèche. Traverser sur le fil horizontal (taillante en II) jusqu’à un court dièdre fissuré que l’on remonte : IIi+. L’arête redescend jusqu’au pied du pic du Seil de la Baque où elle devient facile et large. Remonter les éboulis jusqu’à ce sommet. La suite est sans difficulté mais toujours aérien, sans passage caractéristique. Il est possible de s’arrêter à la pointe côté 3097 juste après le cap du seil de la Baque et redescendre, mais il plus intéressant de continuer jusqu’au port d’Oô.

Dificultés : AD-, l’itinéraire est évident et suit l’arête. L’escalade se résume à de courts passages. Il faut toutefois faire attention tout au long de la crête car les deux versants sont raides. Attention également aux blocs instables. Le passage le plus dur est un court dièdre fissuré en III+. Les difficultés sont concentrées dans la montée et la descente du pic du Portillon d’Oô, l’arête devient ensuite facile mais toujours aérienne.

Equipement : Néant, hormis un anneau de rappel pour descendre du pic du Portillon d’Oô. Celui-ci est évitable par une désescalade en III.

Matériel : Sangles, 3 friends, crampons, un petit piolet.

Horaire : 2 à 3 heures jusqu’au pic du Seil de la baque + 1 heure jusqu’au Port d’Oô.

Topo : Guide Ollivier « Pyrénées centrales, vallées d’Aure et de Luchon », tome 3.

23 septembre, 2007

Massif de l’oisans, traversée des aiguilles de Sialouze

Classé dans : — topospyreneens @ 18:04

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Massif de l’oisans, Aiguille de Sialouze, 3576 mètres

Arête sud et traversée arête nord

Voici une magnifique course classique du massif de l’Oisans. Le granite est sans reproche et les jeux de lumière en font parfois une copie des taffonis Corse. L’escalade n’est jamais difficile mais l’approche, les manœuvres de corde, la descente délicate en font une vraie course aux horaires parfois à rallonge.

 Topo traversée Sialouze

Traversée des aiguilles de Sialouze
Album : Traversée des aiguilles de Sialouze

5 images
Voir l'album

Première ascension : Jean Charignon, Pierre Salmon en 1934.

Accès voiture : De Briançon, se rendre l’Argentière la Bessée. De là, prendre la direction de Vallouise puis d’Ailefroide. Ne pas se rendre au Près de madame Carle, mais prendre à gauche dans Ailefroide en direction de la vallée de Celse Nière. Se garer 500 mètres plus loin au niveau du camping, terminus de la route.

Accès pédestre : Remonter le large sentier presque à plat qui longe le torrent de la vallée de Celse Nière (panneau indicateur : refuges du Séle et du Pelvoux). Le sentier monte ensuite en lacets et on commence à apercevoir au loin le refuge du Sélé sur son promontoire. Laisser le sentier qui y conduit et prendre à droite le sentier du refuge du Pelvoux (panneau indicateur). De nombreux lacets conduisent au refuge (2 heures 30 à 3 heures d’Ailefroide). Le 02 septembre 2007, le refuge était fermé et il n’y avait pas d’eau.

Le lendemain, franchir une petite barre rocheuse derrière le refuge pour rejoindre une bonne sente qui amène au sommet de la moraine. Traverser à gauche pour franchir le torrent issu du glacier du Clot de l’homme et continuer à traverser vers la gauche jusque sous la bosse de Sialouze que l’on atteint par une sente en lacets entrecoupée de passages rocheux (névés en début de saison). Traverser le glacier de Sialouze vers l’ouest pour atteindre la brèche de Sialouze (2 heures du refuge).

Descente : Après avoir contourné le 5ème et dernier gendarme (le plus haut et de couleur sombre, l’arête continue ensuite d’un jet jusqu’au pic sans nom), s’engager à droite (est) dans un couloir d’éboulis (neige en début de saison) que l’on descend en 2 rappels. On arrive à un angle d’où part sur la rive droite du couloir une rampe large, inclinée, poussiéreuse. La descendre en 1 ou 2 rappels (fortes chances de coincer le premier) jusqu’au sommet d’une profonde gorge. Un rappel surplombant amène sur une dalle que l’on descend grâce à un dernier grand rappel jusqu’au glacier où l’on retrouve l’itinéraire de montée. (3 à 4 heures du sommet à Ailefroide).

Descriptif de l’itinéraire : De la brèche de Sialouze (3319 m.), franchir un premier ressaut vertical et fissuré puis des dalles légèrement vers la gauche pour atteindre le fil proprement dit (3). Passer versant ouest de l’arête pour remonter une zone de rochers brisés jusqu’au pied du 1er gendarme (3). L’escalader d’abord directement puis sur son flanc est par une vire compacte que l’on traverse vers la droite jusqu’à un couloir cheminée que l’on remonte jusqu’à une brèche (3). Gravir à droite le fil vertical jusqu’à une brèche d’éboulis (3).

Rejoindre le 2ème gendarme que l’on escalade directement, relais à droite 2 mètres sous le sommet (3+). Désescalader de quelques mètres en restant sur le fil et escalader une petite pointe couchée jusqu’à un relais au sommet. Désescalader à nouveau quelques mètres jusqu’à une brèche.

Le ressaut suivant est constitué d’une dalle de 30 mètres. L’escalader d’abord directement puis vers la gauche pour rejoindre un dièdre en ascendance à droite que l’on remonte jusqu’à une large vire d’éboulis (5, 5 pitons).

Traverser la terrasse d’éboulis jusqu’au pied d’un dièdre caractéristique que l’on remonte (knobs) jusqu’à une petite vire compacte que l’on traverse vers la droite jusqu’à une sorte de cuvette que l’on gravit (4+, 1 piton). Une vire que l’on suit vers la droite mène à un pierrier.

Remonter le pierrier jusqu’au pied de la dalle finale de 50 mètres que l’on remonte au mieux en restant au plus facile (4,4+, quelques pitons cachés dans les écailles).

Du sommet, un rappel de 25 mètres amène à une brèche. Escalader directement le 1er gendarme au dessus de la brèche d’abord par une fissure cheminée surplombante puis en traversant vers la gauche (4, 2 pitons). Traverser jusqu’au gendarme suivant. Le gravir directement par une fissure jusqu’au second piton et traverser sur le versant est (très aérien, grosses prises) sur 3 mètres pour continuer l’escalade en écharpe à droite jusqu’à son sommet (4+). Les trois gendarmes suivant se contournent par l’ouest par des vires d’éboulis (neige possible). On atteint ainsi la brèche supérieure de Sialouze. ( 4 à 6 heures de l’attaque).

Difficultés : D, la majorité de l’escalade se situe dans le 4/4+ avec un passage de 5+. L’itinéraire est évident. La descente est un peu délicate surtout si d’autres cordées sont engagées : risque de chute de pierres.

 

Equipement : L’ensemble de l’itinéraire est jalonné de pitons dont certains de relais. Le rocher plutôt compact ne permet pas de rajouter beaucoup de matériel.

Matériel : 5 dégaines dont des longues, un petit jeu de coinceur, un jeu de friends du petit au 2 camalot, sangles, crampons, 1 piolet, rappel de 50 mètres.

Hauteur de la voie : 250 mètres de dénivelée de la brèche au sommet, mais le parcours est rendu plus long par le développement horizontal.

Horaire : 9 à 10 heures du refuge au refuge.

Topo : « Oisans nouveau, oisans sauvage », livre est de Jean-Michel Cambon.

             « les 100 plus belles courses et randonnées, le massif des écrins » de Gaston Rébuffat.

             « Ecrins, ascensions choisies » de Frédéric Chevaillot et Jean-René Minelli.

 

10 septembre, 2007

Vino tinto es mejor que EPO au grand pic des Alharisses

Classé dans : — topospyreneens @ 10:54

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Grand pic des Alharisses (2993 m), face S-E,

Vallée d’Aure, région du Néouvielle,

Vino tinto es mejor que EPO

Itinéraire intéressant, montagne, assez direct jusqu’à l’arête est du grand pic des Alharisses (orthographe IGN). Le rocher est excellent mis à part quelques blocs posés. Certaines longueurs se déroulent même sur de superbes dalles de granit sculptées. La voie se protège bien avec coinceurs et friends, nous avons mis 3 pitons dont 2 de relais qui sont restés en place.

Topo vino tinto 

Vino tinto es mejor que EPO
Album : Vino tinto es mejor que EPO

1 image
Voir l'album

Première ascension : Stéphanie Rioja et Jean-Pierre Pujolle le 29 juillet 2007.

Accès voiture : De Saint-Lary Soulan, prendre la route de la station de Piau-Engaly que l’on quitte à Fabian pour prendre à droite la route des lacs. On laisse la voiture peu avant le lac de cap de long au niveau des baraquements d’Estaragne (ruines, côte 2079 m).

Accès pédestre : Du parking, emprunter le bon sentier de la voie normale de l’Estaragne puis du col d’Estaragne. Celui-ci passe au pied de la face sud du grand pic des Alharisses que l’on rejoint en traversant un pierrier (1 heure à 1 heure 15 de la voiture). L’attaque se situe une vingtaine de mètres à droite du dièdre de départ de la voie  « le génie des alpages » (voir le topo de P. Ravier « Vallée d’Aure, morceaux choisis », itinéraire 67). Cairn à l’attaque. 60 à 70 mètres à gauche se trouve un éperon assez marqué.

Descente : deux solutions :

- la voie se termine sur l’arête est du grand pic que l’on peut suivre jusqu’au sommet, 100 mètres d’arête en 3/3+. On descend alors par le versant Campbieil de l’arête sud. Compter 1 heure de descente du sommet au pied de la voie (voir le topo de P. ravier).

- une autre solution plus rapide consiste du dernier relais à continuer sur l’arête en direction du sommet sur environ 40 mètres. Un petit couloir évident sur la droite, facile à désescalader, pose sur un pierrier 40 mètres plus bas. Descendre alors ce pierrier jusqu’à la base de l’arête est que l’on contourne pour rejoindre le sentier d’accès.

Descriptif des longueurs :

L1 : Attaquer par une dalle en direction d’une fissure oblique vers la gauche que l’on suit jusqu’à une zone moins raide que l’on remonte jusqu’à une vire herbeuse. Traverser de 3 – 4 mètres vers la droite en direction d’un court dièdre que l’on atteint par un court surplomb (1 piton en place). Relais sur une vire herbeuse déversée 5 mètres au-dessus (1 piton en place). 5, un pas de 5+ au niveau du surplomb.

L2 : remonter la vire herbeuse vers la gauche jusqu’au pied d’une dalle très sculptée que l’on remonte directement en évitant un petit surplomb par la gauche au départ ( 4+, 1 pas de 5). Relais sur une petite vire herbeuse au-dessus.

L3 : partir droit au dessus par une succession de ressauts sculptés. L’inclinaison diminue, partir alors en légère ascendance à gauche pour aller relayer dans des gros blocs au pied d’un court dièdre incliné vers la gauche (3/3+).

L4 : remonter ce dièdre vers la gauche et en sortir tout droit par un passage raide (5). Monter droit au dessus, franchir une courte écaille et remonter la base d’un vague éperon juste à droite d’un dièdre lisse et herbeux (4+). Relais sur un énorme bloc.

L5 : continuer 3 mètres sur l’éperon et rejoindre par une courte traversée en dalle le fond du dièdre à gauche. Le remonter sur quelques mètres par une belle fissure et le quitter par la gauche lorsqu’il s’évase. Remonter de beaux ressauts sculptés vers la gauche jusqu’à une vire où l’on fait relais (1 piton en place). Ensemble de 5 avec un pas de 5 + pour rejoindre le dièdre.

L6 : partir droit au dessus du relais par un court surplomb (4+), puis remonter une dalle lichéneuse jusqu’à l’arête (3+).

Difficultés : D sup., soutenu dans le 5 avec quelques pas plus durs.

Equipement : 3 pitons dont 2 de relais ont été laissés en place.

Matériel : 6 dégaines, coinceurs dont des petits, jeu de friends du 0,2 au 2 camalot, sangles. 3 pitons au cas où.

Hauteur de la voie : 220 mètres jusqu’à l’arête plus 100 mètres si l’on continue jusqu’au sommet.

horaire : 3 à 4 heures.

8 août, 2007

Arête sud-ouest ou piton Von Martin au Palas

Classé dans : — topospyreneens @ 12:23

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Pic Palas (2974 m)

Arête Sud-Ouest ou piton Von Martin

Belle course d’arête aux difficultés modérées si l’on suit l’itinéraire le plus facile. Seule la traversée du piton Von Martin constitue réellement de l’escalade, la suite devenant progressivement de la marche jusqu’au sommet. Echappatoire commode après la 2ème brèche par la cheminée Ledormeur. Elle est classique avec l’arête des géodésiens plus facile.

 Topo piton Von Martin

Première ascension : Une cordée allemande que conduisait les frères Von Martin en 1913.

Accès voiture : De Pau, rejoindre Laruns puis les Eaux-Chaudes. Traverser le village de Gabas et prendre à gauche à l’extrémité sud du lac de Fabrèges. Se garer au terminus à Fabrèges. On choisira cette option si l’on veut rejoindre le refuge d’Arrémoulit en empruntant le petit train d’Artouste. Dans le cas contraire, continuer en direction du col du Pourtalet et se garer à Soques.

Accès pédestre : Pour rejoindre le refuge d’Arrémoulit.

Si on a pris le train, contourner le lac par sa rive gauche et remonter vers le sud-est un bon sentier qui monte en lacets dans une raide pente herbeuse jusqu’au refuge. 45 minutes à 1 heure 15.

Soit depuis la cabane du caillou de Soques, remonter le vallon plein est en direction du lac d’Artouste. Bifurquer à droite vers le lac d’Arrious et franchir le passage d’Orteig (câble). 2 heures 30 – 3 heures.

Soit depuis la cabane du caillou de Soques, remonter le vallon plein est en direction du lac d’Artouste. Bifurquer à droite vers le lac d’Arrious et franchir le passage d’Orteig (câble). 2 heures 30 – 3 heures.

Il est également possible de venir du refuge de Larribet par le port du Lavedan.

Descente :Du sommet, revenir sur ses pas et longer l’arête sud-ouest sur son flanc gauche (est) dans des banquettes herbeuses faciles. Bien avant de rejoindre la seconde brèche, on remarque sur la gauche une profonde cheminée dont le début est marquée par de nombreux cairns. On la suit intégralement (pas de 2 à désescalader, cairns, rappel inutile), elle ramène rapidement sur le pierrier du versant sud. Descendre en suivant les escarpements sud du piton Von Martin, contourner un éperon en descendant franchement au sud. On ne tarde pas à trouver une sente balisée que l’on suit à flanc jusqu’au col du Palas où l’on retrouve le chemin d’accès. 1 heure 30 à 2 heures jusqu’au refuge.

Descriptif des longueurs :

L1 : débuter l’escalade sur le flanc est de l’arête. On remonte le premier ressaut vertical en ascendance vers la droite (1 friend coincé, 1 piton). On laisse un premier relais sur la droite pour continuer tout droit dans un dièdre puis une cheminée (1friend coincé). Ensemble de 4/4+. Traverser légèrement à droite pour faire relais sur friends dans une zone de blocs sur une bonne vire. Longueur de 45 mètres que l’on peut fractionner mais qui met le second à l’abri des chutes de pierre car certaines zones sont délitées.

L2 : Remonter une cheminée directement sur une dizaine de mètres puis obliquer à gauche pour rejoindre le fil de l’arête où l’on fait relais (1 piton). 3/3+.

L3, L4 : remonter sur 2 grandes longueurs en se tenant à gauche du fil de l’arête puis en s’en rapprochant progressivement (3). Plusieurs passages possibles. On fait relais sur béquet sur le fil au pied d’un ressaut beaucoup plus raide. On remarque au dessus un dièdre vertical avec 1 piton.

L5 : ne pas s’engager dans le dièdre (variante en 6a), mais le contourner par la droite puis revenir vers la gauche en gravissant un dièdre couché puis un mur raide (4+, 1 piton). 20 mètres faciles conduisent au sommet du piton Von Martin.

Descendre facilement à une brèche. Relais sur béquet.

L6 : Remonter sur le fil de l’arête en face en se tenant d’abord à gauche (impressionnant, 3+, 2 pitons).

Continuer sur l’arête sans difficulté, descendre à une seconde brèche et gagner les banquettes herbeuses de la voie normale en contrebas à droite. On passe au sommet de la cheminée Ledormeur qui sera la voie de descente. On atteint le sommet sans difficulté par une sente cairnée.

Difficultés : AD+. Les difficultés sont concentrées dans l’escalade du Piton Von Martin. Après le passage de la seconde brèche, l’arête ne présente plus de difficultés. Le granit est très franc sauf dans la première longueur où il demande un peu d’attention.

Equipement : On rencontre quelques relais et quelques pitons de passage.

Matériel : 6 dégaines, coinceurs, jeu de friends jusqu’au 2 camalot, sangles. Les pitons ne paraissent pas nécessaires.

Hauteur de la voie : 200 mètres.

Horaire : 3 à 4 heures de la brèche au sommet.

Topo : Passages Pyrénéens de Rainier Munsch, Christian Ravier et Rémi Thivel. Les 100 plus belles courses et randonnées de Patrice de Bellefon.

Eperon ouest à l’Amoulat

Classé dans : — topospyreneens @ 12:02

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Pic de l’Amoulat (2595 m)

Eperon ouest

           Bel itinéraire se déroulant sur un beau calcaire gris sauf dans la sortie de la première longueur un peu délitée. La proximité de la station ne gâche en rien le caractère sauvage de la course, une fois atteint les lacs du plaa Ségouné les remontées se font oublier. Ce sommet qui ne doit recevoir que de rares visites mérite un détour. La voie souvent en dalles demande par moment un peu d’engagement.

 Topo éperon ouest

Eperon Ouest à lAmoulat
Album : Eperon Ouest à l'Amoulat

1 image
Voir l'album

Première ascension :P. Daudu, D. Mole, R Ollivier en 1948.

Accès voiture : De Pau, rejoindre Laruns puis la station de ski de Gourette après avoir traversé les Eaux-Bonnes. Il est possible de raccourcir la marche d’approche en rejoignant l’ancienne gare intermédiaire du télécabine de Pène Blanque à 1768 mètres d’altitude (la piste est bonne et ne nécessite pas de 4X4).

Accès pédestre : De l’ancienne gare intermédiaire, suivre la piste qui monte en lacets en suivant les flancs ouest du Pène Médaa. Après une traversée à droite, cette piste mène au départ d’un télésiège. Continuer vers l’Amoulat par une bonne piste en larges lacets jusqu’aux lacs du Plaa Ségouné. On trouve sur la rive du premier lac un sentier cairné qui monte dans des éboulis en direction du col du Plaa Ségouné. Juste avant celui-ci, prendre à gauche une sente, qui mène au col de l’Amoulat. De celui-ci, il est possible d’observer la descente qui suit une banquette de gauche à droite dans le flanc nord de l’Amoulat. Descendre versant ouest pour contourner la face nord et arriver au pied de l’éperon ouest. On se retrouve au sommet d’un petit dièdre couché qu’il faut facilement désescalader pour arriver au sommet d’un pierrier, 20 mètres sous une profonde dépression dont le fond est constitué d’une goulotte rocheuse polie par le ruissellement. (2 heures depuis Gourette, 1 heure 15 depuis la station intermédiaire, 30 minutes depuis la gare supérieure).

Descente :Du sommet descendre facilement l’arête est sur environ 50 mètres, on trouve sur un replat un relais de rappel. Faire un rappel de 40 mètres versant nord pour se retrouver sur une banquette que l’on suit en descendant jusqu’à son extrémité gauche, puis tout droit jusqu’au pierrier et au col de l’Amoulat où l’on retrouve le sentier d’accès. (1 heure 30 à 2 heures jusqu’à la gare intermédiaire).

Descriptif des longueurs :

L1 : Gravir directement de petites dalles entrecoupées de vires herbeuses en direction de la goulotte (2). Faire relais sur friends au pied de celle-ci, légèrement à droite, dans une petite niche. Celle-ci peut également être atteinte en commençant l’escalade plus haut et plus à gauche par une traversée horizontale sur une étroite vire herbeuse (voir photo).

L2 : se décaler à gauche pour remonter la goulotte en direction d’une autre niche que l’on évite par la gauche (relais facultatif sur 2 pitons dans la niche). Remonter ensuite un vague éperon en mauvais rocher jusqu’à R2 au niveau d’une petite vire (1 spit, 1 piton). 3 puis 4.

L3 : remonter en très légère ascendance à droite de belles dalles. On passe à gauche d’un relais (facultatif) et on continue droit au dessus jusqu’au pied d’un mur vertical où l’on fait relais sur 1 spit et 1 piton. (4 puis 3).

L4 : franchir ce mur de 7-8 mètres (5, 1 piton au départ et 1 à la sortie, un peu expo). Continuer dans une dalle (4) jusqu’au relais sur lunule.

L5 : se décaler sur la droite pour remonter une dalle fissurée (lunule) puis revenir vers le fil de l’éperon et continuer sur une belle dalle plus facile. Le relais sur 1 spit et 1 piton se trouve dans un renfoncement à droite de l’éperon et est peu visible. (5 au départ puis 4).

L6 : continuer toujours dans de belles dalles grises en légère ascendance vers la droite jusqu’à une rampe très caractéristique qui descend vers la droite. Relais au niveau de la rampe sur 2 pitons au pied de la dernière dalle. 3+.

L7 : Une cheminée part sur la gauche pour rejoindre l’éperon, ne pas la suivre mais remonter au mieux la dalle à droite jusqu’aux gros blocs sur l’arête. Relais sur les blocs. 3+. On atteint facilement et rapidement le sommet.

Difficultés : D. peu soutenu mais où l’assurage est parfois problématique. Le rocher est très bon, la majorité des longueurs se déroulent sur un magnifique calcaire adhérent. Seule la deuxième longueur est plus délitée.

Equipement :Tous les relais sont en place et nombreux, il est possible d’en sauter quelques uns. On ne trouve que quelques pitons et lunules dans les longueurs.

Matériel :6 dégaines, coinceurs, jeu de friends jusqu’au 2 camalot. Les pitons ne paraissent pas nécessaires.

Hauteur de la voie : 180 mètres.

Horaire : 2 à 3 heures.

Topo : « Passages Pyrénéens » de Rainier Munsch, Christian Ravier et Rémi Thivel. « Les Pyrénées en faces » de Laurent Lafforgue. « Les 100 plus belles courses et randonnées » de Patrice de Bellefon.

30 juillet, 2007

Eperon Brau au pic des Spijeoles

Classé dans : — topospyreneens @ 20:49

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Pic des Spijeoles (3066 m), face Est

Eperon Est ou éperon Brau

Très bel itinéraire montagne où alternent des longueurs en granit magnifiques dans des dalles raides et fissurées avec des zones plus faciles mais toujours en bon rocher. L’itinéraire de la partie supérieure est mal défini, nous avons d’ailleurs suivi une variante à gauche certainement plus facile évitant la fameuse dalle de 5 mètres en VI. Les pitons sont nombreux.

 Topo éperon Brau

Eperon Brau au Spijeoles
Album : Eperon Brau au Spijeoles

0 image
Voir l'album

Première ascension : J. Brau-Mouret et R. Dufaut en 1959.

Accès voiture : De Bagnères de Luchon, prendre la route du col de Peyresourde que l’on quitte à gauche à Castillon de Larboust pour monter aux granges d’Astau (parking).

Accès pédestre : Du parking, suivre le GR10 qui passe au lac d’Oo puis au col et au refuge d’Espingo. Contourner le lac de Saüssat par la droite pour monter à la coume de l’Abesque (laquet). Juste avant le pont, quitter le sentier du Portillon pour prendre à droite une sente bien marquée qui monte vers l’arête nord-est des Spijeoles (cairns au départ). Suivre cette sente jusqu’aux abords de l’arête sud-est des Spijeoles, obliquer alors à droite pour monter sous la face est des Spijeoles (3 à 4 heures des granges, possibilité de dormir au refuge d’Espingo, compter alors 1 heure 30 à 2 heures d’approche). Il est également possible de dormir au refuge du Portillon et de rejoindre la face par une vire versant nord de la Tusse de Montarqué (chemin des mineurs).

Descente : Par la voie normale des Spijeoles. Du sommet, rejoindre le pierrier à la sortie du grand dièdre. On le descend (sente) en tirant à droite pour franchir une petite barre dans une zone de faiblesse (nombreux cairns). Continuer sur un vague éperon arrondi en direction du lac glacé puis prendre à gauche en direction de la base de l’arête sud-est. Une sente cairnée ramène rapidement au pied de la face est et au chemin d’accès (3 à 4 heures jusqu’aux granges).

Descriptif des longueurs : Attaquer la zone de schistes rouges légèrement à gauche de l’aplomb du grand dièdre dans une zone couchée. On atteint R1 30 mètres à gauche du grand dièdre et 5 mètres au dessus de la zone de schistes (2 pitons et sangle blanche visibles). 4 puis 4+ pour arriver au relais.

L2 : traverser horizontalement de 3 – 4 mètres à gauche pour atteindre un dièdre bien marqué que l’on remonte jusqu’à un relais sur 2 pitons et friend (1 piton dans cette longueur courte en 5 : 15 mètres).

L3 : traverser à droite de 3 mètres pour atteindre une magnifique dalle fissurée que l’on remonte sur 15 mètres, traverser de 2 mètres à droite (2 pitons) et remonter droit une large fissure jusqu’au relais (2 pitons). 4+ puis 4.

L4 : traverser 2 mètres à droite pour remonter une autre fissure sur 10 mètres. Continuer sur la droite pour gagner l’éperon proprement dit. Possibilité de faire un relais intermédiaire sur friends. Continuer sur le fil de l’éperon dans un vague dièdre en rocher un peu douteux pour arriver sur une bonne vire où l’on fait relais sur 2 pitons (1 piton dans la longueur). 4+ puis 5.

A partir de là, l’itinéraire suivi est certainement une variante de l’original décrit dans le guide Ollivier :

L5, L6, L7 : partir en ascendance à gauche pour remonter un dièdre qui se redresse et forme une sorte de S (1 piton en place), ensemble de 3 et 4. On arrive sur une confortable plate-forme avec 2 pitons de relais.

L8, L9 : partir droit dans le dièdre au-dessus sur environ 10 mètres, puis traverser franchement à gauche pour se retrouver dans le cirque de dalles sommital que l’on gravit par en son centre par une succession de fissures dièdres, 1 piton au départ. L’inclinaison se redresse en haut : 3 puis 4+. Ces deux dernières longueurs sont communes avec le dièdre Valleau et sont en rocher plus douteux.

Pour un parcours complet de l’éperon, se reporter au guide Ollivier, la partie supérieure décrite ici n’étant qu’une variante.

Difficultés : TD peu soutenu, l’itinéraire alterne de belles longueurs raides avec des zones plus faciles. 6a max. Nous avons suivi dans la partie supérieure une variante en 4 et 5 sur 200 mètres où nous avons rencontré quelques pitons. Cette variante évite la longueur en VI et s’éloigne progressivement du fil de l’éperon.

Equipement : La voie est bien pourvue en pitons notamment aux relais qui sont tous en place sauf dans les zones plus faciles.

Matériel : 8 dégaines, coinceurs, jeu de friends complet jusqu’au 3 camalot. 3 pitons au cas où.

Hauteur de la voie : 350 mètres en comptant la zone de schistes rouges. Escalade rapide en raison de zones moins raides.

Horaire : 4 à 6 heures.

 

Voici un petit recueil de topos personnels.

Classé dans : Non classé — topospyreneens @ 20:48

Site de Jean-Pierre Pujolle, guide de haute-montagne. Pour me contacter, c’est ici.

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide, je mettrai à profit toute mon expérience pour vous guider dans la pratique de l’activité de votre choix, n’hésitez à visiter ma page pro, c’est ici.

Pour les topos, c’est ci-dessous :

Lignes_de_fuite__56d0763872b3f

ça y est, il est en vente, en commande aux éditions du Cairn à Pau et très prochainement en librairies et magasins de sport. Et pour en avoir un premier aperçu, voici la 4ème de couverture signée Olivier Delord :

« Lignes de fuite » est la suite logique de « Vallée d’Aure, morceaux choisis » (épuisé). Fruit de plus de dix nouvelles années de campagne et d’exploration, le livre offre inédits et nouveautés à la hauteur de l’exigence pyrénéiste de ses auteurs.
Cette fois-ci, Pascal Ravier, infatigable dénicheur aurois que l’on ne présente plus, s’est associé à Jean-Pierre Pujolle, fidèle copain de cordée et expert du Luchonnais, où il exerce la profession de guide-secouriste au PGHM. Il en ressort un ensemble cohérent centré sur leurs attaches jumelles en guise de cœur, et débordant sur les vallées voisines et leurs satellites.
Si les itinéraires d’escalade proposés caressent autant de rochers que la riche géologie des régions visitées en propose, s’ils suivent des lignes de fraîche date ou des passages historiques obligés, s’ils requièrent une approche modeste ou ardue, et suggèrent une balade apaisée ou une attention vigilante, ils ont en commun de se dérouler dans des cadres somptueux et d’offrir des expériences intenses de montagne.
Pour se situer dans le temps et l’espace, la structure est claire : du plus lointain au plus récent, de la vision d’ensemble des massifs à la précision léchée de la note technique. On y apprendra l’histoire des anciens et les dernières nouvelles, ponctuée de moments de là-haut, en images et en mots.
Le résultat est une somme rare, exaltante et sauvage ; une invitation à découvrir à fleur de mains et de chaussons, pépites pyrénéennes et chemins buissonniers qu’affectionnent le duo.
Et puis, pour tout dire, ce livre est bien plus qu’un topo bien fait qui ouvre le chemin. Lignes de fuite : hors des conventions, du brouhaha, des pratiques faciles, du quotidien.

 

07-08-18 pilier OSO au Quayrat (23) copy copy

je rajoute un lien où je donnerai les conditions que nous rencontrerons au cours de nos sorties, cette page est visible ici.

Vous pouvez cliquer sur les différents topos qui vous intéressent dans la liste ci-dessous, classés par départements d’Ouest en Est :

Pyrénées-Atalantiques :

- Eperon Ouest à l’Amoulat

- Arête Sud-Ouest ou piton Von Martin au Palas

- Couloir Pombie-Suzon à la pointe Jean Santé

- Eperon Est à l’Ossau, pointe Jean Santé

- Face Est du doigt de Pombie

- Le flamenco des ours à la Pène d’Udapet

- Pirineos con fronteras au pic d’estrémère

- Face Est classique au Pène Sarrière (voie Ravier)

Hautes-Pyrénées :

- Embarquement immédiat au barrage de Cap de Long

- Nomad’s land au casque du Lhèris

- Chant de pierre au casque du Lhèris

- face Sud classique au casque du Lhèris

- Tichodromes au casque du Lhèris

- Vino tinto es mejor que EPO au grand pic des Alharisès

- Couloir Nord-Ouest au pic rouge de Pailla

- Cirque Nord du Batoua, cascade c’est le jeu ma pauv’ Lucette

- Eperon Fischesser au Campbieilh

- Grand couloir Est au pic Mail d’Aulon

- Face nord du Batoua

- Couloir Jean-Philippe au pic de Barassé

- Couloir Ouest au pic du Midi de Bigorre

- A la recherche du temps perdu au Ramougn

- Parking sauvage au Ramougn

- Fanou à la montagne d’Areng

- La fissure à la montagne d’Areng

- En attendant le retour de Bin à la crête de Catchet

- Triste sire à la muraille Sud du Ramougn

- A la mémoire de mon frère à la muraille Sud du Ramougn

- Le temps ne fait rien à l’affaire à la muraille Sud du Ramougn

- Voie sans nom ou Dedieu à la muraille Sud du Ramougn

- Eperon Nord du Ramougn

- Face Sud du Néouvielle, sortie directe

- La ruée vers l’Are au pic central des Alharisès

- Décalage horaire à la muraille Sud du Ramougn

- Pas bastion au Portarras

- Errance nocturne au casque du Lhèris

- Couloir du gouffre à la montagne d’Areng

- Cascade Las bordas à Ordicetou

- Perdrix des neiges au Soum de Marraut

- Marilou à la muraille Sud du Ramougn

- L’île aux enfants à la muraille Sud du Ramougn

- Arête Nord occidentale au Balaïtous

- Couloir central à la montagne d’Areng

- Face Nord de l’Arbizon

- 0% de matière grise au cap d’Aou

- Les cannes de Jeanne au Cap d’Aou

- Mon bistrot préféré à la muraille de Cap de Long

- Voie Ravier à la Tour du Marboré

- Carpe diem à la muraille de Cap de Long

- Picarre, topo récapitulatif

- Vive la rentrée au Ramougn

- Raisin d’ours à la muraille Sud du Ramougn

- Zap la guerre au grand pic des Alharisès

- L’insoutenable légèreté de l’être à la muraille de Cap de Long

- Combinaison Barrère-Gillereau et Candau-Perès au cap d’aou

- Ils ont tué Jaurès au grand pic des Alharisès

- Dépression au-dessus du jardin au petit pic des Alharisès

- Collant-pipette au grand pic des Alharisès

- Happy culture au Bastan d’Aulon

- Hôtel California à la muraille de Cap de Long

- Enchaînement arête Ferbos – Arête des 3 conseillers – Ramougn

- L’Immortela en face Sud du Néouvielle

- Virus au grand pic des Alharisès

- Eperon lechêne + saltimbanque au cap d’Aou

- Serpent d’étoiles au rognon du ramougn

- Cabaret sauvage à la muraille de Cap de Long

- Des pantoufles à la touffe à la montagne d’Areng

- Touffe mon amour à la montagne d’Areng

- Touche pas à ma touffe à la montagne d’Areng

- Ras la touffe à la montagne d’Areng

- Les poupées Russes à la muraille Sud du Ramougn

- Par-delà les brumes à la muraille de Cap de Long

- La mariposa à la muraille de Cap de Long

- Ta touffe m’étouffe à la montagne d’Areng

- Le pilier Luchonnais à la montagne d’Areng

Haute-Garonne :

- Eperon Brau au pic des Spijeoles

- Voie Ravier ou voie centrale au Quayrat

- Voie Malus au Quayrat

- Voie Emilie à Espingo

- Eperon Ouest-Sud-Ouest au Quayrat

- Traversée de l’arête du Portillon d’Oô au port d’Oô

- Couloir en Y à la crête de la Pique

- Cascades du vallon de la Frêche

- Mail Barrat par la crête de Graues

- Pic de la Mine en traversée d’Est en Ouest

- Cascade RoméOô au lac d’Oô

- Ginseng au pic du Gar

- Gentianes au piton d’Espingo

- Grand dièdre aux Spijeoles

- Adishatz aux Spijeoles

- Tichodromes au Mail de Jorc

- Eperon du brame au pic du Gar

- Arête Sud-Est (Jeannel) aux Spijeoles

- Dutoit-Bacqué au Tuc de Belloc

- Les chants de Pyrène au tic de Belloc

- Eperon Nord-Est au tic de Belloc

- Tuc de Belloc, versant Est, récapitulatif

- Couloir Est de l’aiguille de l’homme des neiges

- Couloir Est du Penjat

- Goulotte contrefort NW du pic de la Pique

- Couloir Nord du pic de la Montagnette

- Eperon Ouest au Lézat

- La fonte des neiges aux Spijeoles

- Voie Céréza en face Ouest du Quayrat

- Voie Couzy aux Crabioules

- Couloir Mine de rien au Sarrat de la Frêche

- Cascades de Prat long

- Aqueras Montanhas au Quayrat

- Couloir Ouest au cap des Hounts Secs

- Couloir une journée à la Frêche au Sarrat de la Frêche

- Dream on au Penjat

- Cascade du Rouziet à Cierp Gaud

- Côte à côte au piton d’Espingo

- Roumegues pas, passa savant au pic de la Frêche

- Game over au Quayrat

- La mine c’est pas l’usine au pic de la Mine

- Voie des dalles blanches aux Spijeoles

- arête du bec de corbeau au pic de la Mine

- cascade du Culet

- Osez, osez, j’ose et fine au pic de la Pique

- falaises de Dry de la vallée du Lis, Mail de la Clote

- Petitou au pic du Gar

- Cascades de cirque de Grauès

- Massif de l’Escalette, versant Nord

Ariège :

- Intégrale d’Anaïs au Quié de Sinsat

- La Fantillou au roc de Sédour

- Peppermint au Quié de Sinsat

- Atomes crochus dans le vallon du Nabre

- La cheminée rouge au Quié de Sinsat

Pyrénées Orientales :

- Couloir Caro-line au Cambre d’Ase

Andorre :

- Eperon NW intégral au pic de Ribuls

Pour le versant espagnol, c’est par ici.

Hors massif des Pyrénées :

- Traversée des aiguilles de Sialouze en Oisans

- Voie de la grand-mère au vallon de la Moulette, massif des Cerces

- Voie du miel et des abeilles aux contreforts de Roche Robert, massif des Cerces

- Voie des marmottes givrées à l’aiguille Pierre André, massif de l’Ubaye

- Face Nord-Ouest du dôme de neige des Ecrins

- Che Guevarroux dans le massif des Cerces

- Les jardins d’amandine à la tête de sanglier dans le massif de l’Ubaye

- Pilier Sud de l’aiguille de la Nova, massif du Beaufortain

- Arête Ouest du petit Arcelin, Vanoise

- La balade des joyeux marmottons à l’aiguille de la Vanoise

- La voie du départ au défilé de Pierre Lys (Aude)

- Liens

 AVERTISSEMENT : EN MONTAGNE, CHACUN EST RESPONSABLE DE SA SECURITE.

Le présent topo-net décrit une activité pouvant présenter des risques ;toute personne désirant l’entreprendre doit l’aborder prudemment et en connaissance de cause. L’éditeur et l’auteur ne peuvent endosser la responsabilité pour les risques d’accident encourus par les lecteurs de ce topo-net.

La pratique des activités sportives de montagne exige une connaissance du terrain. Elle requiert également la conscience de ses propres capacités et limitations, et implique l’acceptation d’un certain degré de risque.

Je ne garantis pas l’exactitude ni l’exhaustivité des indications contenues dans ces topos. Ces renseignements ne peuvent en aucun cas engager ma responsabilité.

Les renseignements de ces topos présentent les conditions rencontrées en montagne à une date donnée. Des facteurs météo ou autres sont susceptibles de les faire évoluer rapidement. Il en est de même pour le matériel en place que nous avons pu rencontrer.

Tous les topos que vous découvrirez sur ce blog n’ont été ni scannés, ni photocopiés, ni recopiés, bref aucun n’a été « pompé » à partir de quelque chose d’existant. Toutes les photos et textes sont de moi et j’ai parcouru tous les itinéraires. Si toutefois l’auteur d’une voie ou d’un topo papier ne souhaite pas qu’une ou plusieurs descriptions apparaissent sur ce blog, qu’il me le fasse savoir et je la (les) retire immédiatement. A quelques exceptions près, j’ai essayé de traiter du massif du luchonnais qui ne possède pas de publication sous forme de topo depuis le guide Ollivier, ou bien de « coins » un peu discrets qui ne possèdent pas non plus de publication.

PS : n’hésitez pas à commenter ou à laisser des remarques (constructives).

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

Sorties encadrées professionnel guide haute montagne découvrez montagne pyrénées avec sommets falaises grandes voies canyons ski randonnée cascade glace alpinisme hivernal estival Aneto Mont Perdu Néouvielle Posets Crabioules Lézat Quayrat Spijeoles escalade

123

halim soulimani |
Clermont foot auvergne |
• ★ • pOpinée De tImb... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecurie
| hamzakhan
| Christophe Dominici