Quelques topos montagne des Pyrénées

  • Accueil
  • > Recherche : pascal ravier

6 août, 2014

Collants-Pipettes au grand Alharisès (30 juillet 2014)

Classé dans : — topospyreneens @ 21:15

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Massif du Néouvielle,

grand pic des Alharisès ou cylindre d’Estaragne (2993 m),

face Sud,

Collants-Pipettes , TD-/140 m

Itinéraire à l’escalade variée, assez soutenu, qui se déroule sur un granit de grande qualité.

111

Première ascension : Francis Tougne, Cédric Farret, Jean-Pierre Pujolle et Pascal Ravier le 30 juillet 2014.

Accès voiture : De Saint-Lary Soulan, prendre la route de la station de Piau-Engaly que l’on quitte à Fabian pour prendre à droite la route des lacs. On laisse la voiture peu avant le lac de cap de long au niveau des baraquements d’Estaragne (ruines, côte 2079 m).

Accès pédestre : Du parking, emprunter le bon sentier de la voie normale de l’Estaragne puis du col d’Estaragne. Celui-ci passe au pied de la face sud du grand pic des Alharisès que l’on rejoint en traversant un pierrier (1 heure à 1 heure 15 de la voiture). L’attaque se situe une cinquantaine de mètres à droite de la caractéristique cheminée Sud-Est où se déroule la voie Marlier. Une dalle claire et une rampe en oblique à droite en marquent l’attaque.

Descente : deux solutions :

  • la voie se termine sur l’arête Est du grand pic que l’on peut suivre jusqu’au sommet, 200 mètres d’arête en 3/3+. On descend alors par le versant Campbieil de l’arête sud. Compter 1 heure de descente de la sortie au pied de la voie (voir le topo de P. ravier).
  • une autre solution plus rapide consiste du dernier relais à descendre sur le versant opposé. Un pierrier entrecoupé de pelouses amène à la base de l’arête Est que l’on contourne pour rejoindre le pied de la face. Descente rapide qui peut permettre d’enchaîner avec une autre voie du secteur.

Descriptif des Longueurs :

L1 : Attaquer à gauche d’un triangle rocheux orangé par une rampe dalleuse en diagonale à droite (1 piton), elle mène en 45 mètres à une vire herbeuse, relais sur friends. Ensemble de V+.

L2 : partir en diagonale ascendante à droite pour contourner le système de toits au-dessus du relais. On se retrouve au pied d’un mur raide que l’on gravit par en diagonale à gauche en suivant une petite dépression fissurée (V+, 1 piton). Continuer dans l’axe par un dièdre ouvert jusqu’à une petite vire où l’on fait relais (1 piton). 40 m.

L3 : partir en ascendance à gauche pour franchir un couloir et monter droit au-dessus dans la partie droite d’un beau mur orangé (IV+/V). Continuer dans l’axe jusqu’à une terrasse herbeuse. Relais sur friends, 50 m.

L4 : Atteindre facilement la crête sommitale par 25 mètres d’escalade en III+.

Difficultés : TD- . Assez soutenue dans les deux premières longueurs mais qui se protège très bien.

Equipement : 3 pitons sont restés en place dont un de relais.

Matériel : 8 dégaines, coinceurs, jeu de friends du 0,2 au 3 camalot, sangles.

Hauteur de la voie : 140 mètres jusqu’à l’arête plus 200 mètres si l’on continue jusqu’au sommet.

Altitude sommet : 2993 mètres

Horaire : 2 à 3 heures.

28 juillet, 2014

Dépression au-dessus du jardin au petit Alharisès (23 juillet 2014)

Classé dans : — topospyreneens @ 19:15

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Massif du Néouvielle,

petit pic des Alharisès (2825 m), face Ouest,

Dépression au-dessus du jardin, D/250 m

tinéraire intéressant, sauvage, il rejoint de manière directe la crête qui relie le petit Alharisès au pic central. Le granit est très bon, sculptée et fissurée, la voie se protège très bien, un seul piton est resté en place. Seule petite ombre au tableau, le jardin qui vient couper l’élan de la voie.

14-07-23 dépression au-dessus du jardin au petit Alharisès

Première ascension : François ?, Honorio Le Fur, Jean-Pierre Pujolle et Pascal Ravier le 23 juillet 2014.

Accès voiture : De Saint-Lary Soulan, prendre la route de la station de Piau-Engaly que l’on quitte à Fabian pour prendre à droite la route des lacs. On se gare au parking de Cap de Long (2175 m).

Accès pédestre : Passer sous l’éboulement récent au bout du parking pour trouver un bon sentier qui monte en lacets rive droite du lac de Cap de Long. Le quitter lorsqu’il redescend pour monter directement à gauche en direction de la face par des pelouses et des éboulis raides. On la rejoint plus ou moins au niveau d’un dièdre et d’un éperon de rocher sombre caractéristique. Longer la paroi vers la droite, passer cet éperon puis une zone de dalles raides, un nouvel éperon derrière lequel on découvre une zone de dalles plus couchées. Le dièdre de la deuxième longueur est bien visible du bas (1 heure).

Descente : Du sommet de la voie, suivre la crête qui part vers le Nord en direction du petit pic des Alharisès (passages de II). Juste avant de le rejoindre un couloir versant Est permet de descendre facilement pour gagner un vaste vallon que l’on descend jusqu’à Cap de Long (1 heure à 1 heure 30).

Descriptif des Longueurs :

L1 : Attaquer dans l’axe du dièdre de L2 par un vague éperon à droite d’un couloir cheminée. Une dalle permet de gagner le pied du dièdre (III+).

L2 : remonter intégralement le dièdre qui se couche en s’inclinant vers la droite (IV+).

L2 bis : traverser intégralement le jardin jusqu’à un éperon à peu près dans l’axe.

L3 : attaquer sur le flanc droit de l’éperon pour rejoindre un des deux dièdres visibles. Les deux sont de difficulté similaires (V+, 1 piton dans celui de droite). Continuer sur dix mètres dans une zone moins raide.

L4 : toujours légèrement sur le flanc droit de l’éperon sur du rocher parfois lichenneux puis sur le fil (IV).

L5 : l’éperon se transforme en arête (III) pour gagner une pointe entre le petit pic et le sommet central des Alharisès.

Difficultés : D, peu soutenue avec un passage de V+.

Equipement : 1 piton dans L3 si on choisit l’option du dièdre de droite.

Matériel : 8 dégaines, coinceurs, jeu de friends du 0,2 au 2 camalot, sangles.

Hauteur de la voie : 250 mètres.

Altitude sommet : 2825 mètres

Horaire : 2 à 3 heures.

Ils ont tué Jaurès au grand Alharisès (17 juillet 2014)

Classé dans : — topospyreneens @ 19:07

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Massif du Néouvielle, 

Grand pic des Alharisès ou cylindre d’Estaragne (2993 m),

face Sud,

Ils ont tué Jaurès, D+/140 m

Itinéraire qui vient compléter une offre déjà très intéressante sur cette face ensoleillée du grand Alharisès. Bien que court, l’escalade est très intéressante, le granit est comparable à celui de la face Sud du Ramougn, fissuré et sculpté à souhait.

14-07-17 ils ont uté Jaurès aux Alharisès

Première ascension : François Esquerré, Olivier Delord, Jean-Pierre Pujolle et Pascal Ravier le 17 juillet 2014.

Accès voiture : De Saint-Lary Soulan, prendre la route de la station de Piau-Engaly que l’on quitte à Fabian pour prendre à droite la route des lacs. On laisse la voiture peu avant le lac de cap de long au niveau des baraquements d’Estaragne (ruines, côte 2079 m).

Accès pédestre : Du parking, emprunter le bon sentier de la voie normale de l’Estaragne puis du col d’Estaragne. Celui-ci passe au pied de la face sud du grand pic des Alharisès que l’on rejoint en traversant un pierrier (1 heure à 1 heure 15 de la voiture). L’attaque se situe une vingtaine de mètres à droite de la caractéristique cheminée Sud-Est où se déroule la voie Marlier.

Descente : deux solutions :

  • la voie se termine sur l’arête Est du grand pic que l’on peut suivre jusqu’au sommet, 200 mètres d’arête en 3/3+. On descend alors par le versant Campbieil de l’arête sud. Compter 1 heure de descente de la sortie au pied de la voie (voir le topo de P. ravier).
  • une autre solution plus rapide consiste du dernier relais à descendre sur le versant opposé. Un pierrier entrecoupé de pelouses amène à la base de l’arête Est que l’on contourne pour rejoindre le pied de la face.

Descriptif des Longueurs :

L1 : Attaquer juste à droite d’un dièdre par des rochers moutonnés qui mènent à une dalle que l’on traverse vers la droite jusqu’à la base d’un dièdre. Le remonter intégralement jusqu’à une zone de rocher schisteux au sommet de laquelle on fait relais (1 piton en place). Ensemble de V+.

L2 : partir en diagonale ascendante à gauche pour franchir un mur raide par un vague dièdre puis tout droit (V+, 1 piton). Continuer directement par une zone moins raide sur une quinzaine de mètres.

L3 : continuer droit au-dessus dans une zone peu définie puis en ascendance à droite pour rejoindre un petit éperon de rocher sculpté (IV+). Relais au sommet sur l’arête Est.

Difficultés : D sup. Assez soutenue mais qui se protège très bien.

Equipement : 2 pitons sont restés en place, 1 à R1, 1 dans L2.

Matériel : 8 dégaines, coinceurs, jeu de friends du 0,2 au 3 camalot, sangles.

Hauteur de la voie : 140 mètres jusqu’à l’arête plus 200 mètres si l’on continue jusqu’au sommet.

Altitude sommet : 2993 mètres

Horaire : 2 à 3 heures.

15 juillet, 2013

Zap la guerre au grand pic des Halharises (15 juillet 2013)

Classé dans : — topospyreneens @ 22:30

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Massif du néouvielle,

grand pic des Halharises (2293 m), face Sud-Est,

« Zap la guerre », TD/300 mètres, 6a oblig.

Partis pour gravir « invitation au voyage », l’itinéraire peu évident combiné à des éboulements apparemment récents dans cette dernière nous ont incité à bifurquer dès la seconde longueur dans « Zap la guerre », distante d’une trentaine de mètres. Nous n’avons pas regretté notre choix et nous nous sommes vraiment fait plaisir dans les 3 longueurs raides du bastion orangé puis sur l’élégant éperon qui lui fait suite. Le rocher est de très bonne qualité durant toute la voie et se protège très bien. A faire sans hésiter.

Zap la guerre au grand pic des Halharises (15 juillet 2013) topo-zap-la-guerre-300x225

Première ascension : Jean-Pierre Pujolle et Pascal Ravier le 13 août 2002.

Accès voiture : De Saint-Lary Soulan, prendre la route de la station de Piau-Engaly que l’on quitte à Fabian pour prendre à droite la route des lacs. On laisse la voiture peu avant le lac de cap de long au niveau des baraquements d’Estaragne (ruines, côte 2079 m).

Accès pédestre : Du parking, emprunter le bon sentier de la voie normale de l’Estaragne puis du col d’Estaragne. Celui-ci passe au pied de la face Sud-Est du grand pic des Halharisses que l’on rejoint en traversant un pierrier (1 heure à 1 heure 15 de la voiture). La voie débute une soixantaine de mètres à gauche du profond couloir de la voie Trouvé dans un mur suivi d’un dièdre en ascendance à droite.

Descente : deux solutions :

  • la voie se termine sur l’arête est du grand pic que l’on peut suivre jusqu’au sommet, 100 mètres d’arête en 3/3+. On descend alors par le versant Campbieil de l’arête sud. Compter 1 heure de descente du sommet au pied de la voie (voir le topo de P. ravier).
  • une autre solution plus rapide consiste du sommet de l’éperon (lorsqu’il rejoint l’arête) de prendre pied facilement dans le vallon Est des Halharises. Descendre alors ce pierrier (pentes de neige en début de saison) jusqu’à la base de l’arête est que l’on contourne pour rejoindre le sentier d’accès.

Descriptif des Longueurs :

L1 : Remonter le raide mur orangé (6a) puis le flanc droit du dièdre en ascendance à droite. Un petit crochet à droite (V+) permet de gagner une bonne vire où l’on fait relais (1 piton).

L2 : Suivre un dièdre couché (IV+) en ascendance à gauche jusqu’à une bonne vire au pied d’un mur très raide (2 pitons au relais).

L3 : Traverser de 8 mètres vers la droite sur la vire en franchissant un gros bloc pour rejoindre une très belle fissure verticale que l’on suit (V+/6a, 1 piton). On atteint une bonne vire à partir de laquelle on remonte en ascendance à droite (V+, 1 piton) jusqu’au pied d’un mur orangé vertical rayé d’une fissure. Relais sur friends.

L4 : Traverser à l’horizontale à gauche sur 5-6 mètres (V, 1 piton dans la dalle de départ) pour atteindre un dièdre que l’on remonte entièrement (V/V+). relais sur friends.

Continuer sur l’éperon désormais bien individualisé sur environ 150 mètres (III/IV).

Difficultés : TD, soutenu dans le V/V+ avec quelques pas plus durs sur les 4 premières longueurs. Eperon plus facile et moins raide ensuite.

Equipement : 6 pitons en place dans les longueurs et à certains relais. Le reste se protège très bien.

Matériel : 10-12 dégaines, coinceurs dont des petits, jeu de friends complet jusqu’au camalot n°2 (jaune), sangles. Les pitons ne sont pas indispensables.

Hauteur de la voie : 300 mètres dont 160 soutenus.

Altitude sommet : 2993 mètres

Horaire : 4 heures.

27 juillet, 2012

Vive la rentrée au Ramougn (26 juillet 2012)

Classé dans : — topospyreneens @ 22:23

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Vallée d’Aure, Ramougn (3014 m), face Sud,

Vive la rentrée, D+/280 m 

La voie est très belle, sur un rocher impeccable et surtout magnifiquement sculpté. L’itinéraire est assez évident, le couloir entre Néouvielle et Ramougn sert de main courante main gauche pour les 4 premières longueurs. Ensuite il faut suivre un éperon peu marqué à droite et en bordure d’un amphithéâtre herbeux. A faire sans hésiter.

Vive la rentrée au Ramougn (26 juillet 2012) 12-07-26-vive-la-rentrée-au-ramougn-225x300

Première ascension : G. Seignan, F. Martin et A. Relat le 1er septembre 1995. 

Accès voiture : De Saint-Lary Soulan, prendre la route d’Espagne que l’on quitte à Fabian pour prendre à droite la route des lacs que l’on suit jusqu’au lac de Cap de Long. 

Accès pédestre : Traverser le barrage et s’engager sur le sentier (HRP) qui débute à gauche à son extrémité. On le suit jusque sous le pas du Gat pour le quitter et suivre le sentier des terrasses de Cap de Long qui monte en direction de la brèche du Néouvielle (vieilles marques de balisage rouge). On traverse une grande zone d’éboulis sous la face Sud du Ramougn. La voie débute 150 mètres à droite du départ de la vire Batan au sommet d’un névé persistant. Une vire bien marquée sous une zone de rocher blanc marbré est un bon point de repère. Elle est située juste à droite du couloir entre Néouvielle et Ramougn. Compter 1 heure 30. 

Descente : Deux solutions :

la plus élégante (et un peu plus longue) consiste à passer par le sommet du Ramougn. De la sortie de la voie suivre l’arête de la voie normale vers l’Est, le sommet s’atteint en 30 minutes. Désescalader les 100 mètres de la facette Est (II, cairns) et descendre au mieux le vallon Est en se rapprochant progressivement de la crête des laquettes pour passer au pas du Gat et rejoindre l’itinéraire de montée.

Sinon, de la crête un peu de désescalade sur le versant opposé permet de rejoindre le vaste et chaotique vallon Nord du Ramougn. Un itinéraire cairné permet de rejoindre la VN du Néouvielle que l’on suit jusqu’à la brèque de Barris. Une sente peu marquée (quelques cairns) permet en légère ascendance de rejoindre le pas du Gat. 

Descriptif de l’itinéraire : 

L1 : attaquer le rocher clair et marbré au niveau d’un gros bloc accolé. Partir en ascendance à droite puis droit jusqu’à une vire (III). Relais au pied d’un dièdre, 1 spit. 

L2 : Remonter le dièdre au-dessus du relais (IV, 1 piton) puis en ascendance à gauche pour se rapprocher du couloir (IV). 1 spit au relais. 

L3 : remonter l’éperon peu marqué qui forme la rive gauche du couloir. Un court dièdre puis une dalle fissurée (IV+, 2 pitons) amènent au relais (1 spit). 

L4 : monter au mieux au-dessus du relais sur 15 mètres jusqu’à une vire que l’on suit vers la gauche (1 piton à son extrémité). Franchir le court mur qui suit par un petit crochet à droite. Continuer vers la gauche jusqu’à l’aplomb d’une fissure verticale. Ne pas aller sur la rampe qui part en ascendance à droite mais remonter cette belle fissure (IV+/V). Relais au sommet, 1 spit. 

L5 : traverser des terrasses pour rejoindre un éperon juste à droite d’un amphithéâtre herbeux. Remonter des dalles (III+) sur le bord gauche de l’éperon. Relais sur béquet. 

L6 : traverser une vire herbeuse et franchir un mur vertical dans l’axe (IV+, 1 piton caché). Une dalle couchée amène dans une zone de rochers rouges. Relais sur béquet sous un toit. 

L7 : Franchir le petit mur suivant par une fissure large (V, 1 piton), l’éperon se couche pour aboutir sur l’arête W du Ramougn. 

Difficultés : D à D+, l’itinéraire, assez évident est toujours à la recherche des belles zones de rocher. Quelques pitons viennent ponctuer la voie, il est assez facile de rajouter friends ou coinceurs. 

Equipement : Quelques pitons dans les longueurs. Tous les relais sont en place (spit ou béquet) et à renforcer. 

Matériel : 8 dégaines longues, un jeu de friends jusqu’au camalot n°2, un jeu de coinceurs, quelques sangles. Crampons pour le début de saison, l’attaque pouvant être défendue par un important névé. 

Hauteur de la voie : 280 mètres. 

Altitude sommet : 3014 mètres.

Horaire : 2 à 3 heures pour la voie. 

Topo : Vallée d’Aure, morceaux choisis de Pascal Ravier aux éditions du cairn.

 

8 juin, 2011

0% de matière grise au Cap d’Aou (20 mai 2011)

Classé dans : — topospyreneens @ 23:23

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Vallée d’Aure, Pène de la Soule,

falaise du cap d’Aou (1531 m), face Sud,

0% de matière grise

J’ai redécouvert avec beaucoup de plaisir cet itinéraire astucieux qui évite les zones herbeuses en restant abordable et idéal pour une première approche des grandes voies. La végétation est malheureusement toujours aussi présente mais laisse une belle place à l’escalade. Mention spéciale pour la dernière longueur en faisant toutefois attention à l’écaille au départ du relais.

Première ascension :E. Springinsfeld et P. Ravier en novembre 1988.

Accès voiture :De Lannemezan, remonter la vallée d’Aure en direction de Saint-Lary par la D929. Peu avant la sortie de Sarrancolin, prendre à droite la route de la Soule. La suivre jusqu’à son terminus (piste sur la fin) au hameau de Sabathé et se garer juste avant la maison.

Accès pédestre :Suivre le bon sentier qui passe devant la maison (panneau en bois indiquant la falaise). Le suivre en sous-bois pendant environ 15 minutes. On le quitte au niveau d’un gros cairn pour monter directement au pied des falaises par un pierrier (pénible). Lorsque la paroi est proche, monter en légère ascendance vers la gauche pour trouver une sorte de petit amphithéâtre bordé à gauche par l’éperon Lechêne et à droite par l’éperon Laffranque. La voie débute au niveau d’un petit mur vertical cannelé (1 spit de 8 mm à 3 mètres du sol). Compter 45 minutes.

Descente :Du dernier relais, pénétrer dans le bois et descendre vers la droite jusqu’à un cirque herbeux. Il se rétrécit pour former un petit couloir au bout duquel on trouve le premier relais de rappel sur chaîne. On rejoint le pied de la voie en 2 rappels de 40 mètres.

Descriptif des longueurs :

L1 : escalader le petit mur vertical cannelé (1 spit, V+) puis basculer légèrement à gauche pour remonter un beau mur à grosses prises juste à gauche d’un dièdre végétal (V). Relais sur 2 spits avec chaîne.

L2 : traverser à gauche (végétation) pour gagner une dalle (IV+, 2 spits) que l’on remonte jusqu’à une large vire. Longueur courte, relais sur 2 spits.

L3 : traverser la vire vers la gauche jusqu’à une écaille, escalader un mur raide (V, 2 spits). Traverser une dalle vers la gauche puis monter droit, une zone facile mène au relais sur 2 spits au pied d’un dièdre.

L4 : remonter la très belle dalle au-dessus du relais en faisant attention à l’écaille à droite (IV+, 2 spits) puis le dièdre qui lui fait suite. Une très belle dalle à grosses prises (IV+, 2 spits) permet d’atteindre le relais au niveau d’un gros bloc.

Difficultés :D, V+ max., l’itinéraire est facile à suivre.

Equipement :La voie est équipée en gougeons et spits de 8 mm dans les longueurs et aux relais.

Matériel :8 dégaines, sangles, éventuellement quelques coinceurs ou friends pour les zones faciles.

Hauteur de la voie :140 mètres. 4 longueurs.

Altitude sommet :1531 mètres.

Horaire :1 heure 30 pour la voie.

Topo : « vallée d’Aure, morceaux choisis » de Pascal ravier aux éditions du Cairn.

31 août, 2010

L’île aux enfants à la muraille Sud du Ramougn (26 août 2010)

Classé dans : — topospyreneens @ 10:25

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Muraille Sud du Ramougn (3011 m), massif du néouvielle

Voie « L’île aux enfants »

Belle voie peu soutenue et quasiment vierge de tout équipement. Comme sur l’ensemble des voies de la muraille, le granit est magnifiquement sculpté dans de nombreux passages, plus particulièrement dans la deuxième et la troisième longueur.

100826lleauxenfants.jpg

Lîle aux enfants
Album : L'île aux enfants

3 images
Voir l'album

Première ascension :P. Azam, J.P. Pujolle et P. Ravier le 08 juillet 1997.

Accès voiture :De Saint-Lary Soulan, prendre la route d’Espagne que l’on quitte à Fabian pour prendre à droite la route des lacs que l’on suit jusqu’au lac de Cap de Long.

Accès pédestre :Traverser le barrage et s’engager sur le sentier (HRP) qui débute à gauche à son extrémité. On le suit jusque sous le pas du Gat pour le quitter et suivre le sentier des terrasses de Cap de Long qui monte en direction de la brèche du Néouvielle. Il passe sous la voie « parking sauvage » (cairn et inscription PS gravé). Le sentier devient horizontal alors qu’il s’éloigne du pied de la paroi. Repérer un profond dièdre-cheminée et à sa droite, un pin esseulé à 40 mètres du sol. La voie débute légèrement à gauche de l’aplomb de ce pin. Compter 45 minutes.

Descente :Du sommet de la voie, redescendre sur le versant opposé pour prendre pied sur le flanc Est du Ramougn. Descendre à droite en longeant la crête des laquettes et remonter légèrement pour franchir le pas du Gat (quelques cairns). On retrouve le sentier HRP balisé qui ramène au barrage de Cap de Long (45 minutes à 1 heure).

Descriptif des longueurs :

L1 : remonter un système de dalles et de petits murs (IV+, 1 sangle en place) en légère ascendance vers la droite jusqu’au pin où l’on fait relais, 40 mètres.

L2 : partir en traversée à gauche en suivant une petite marche sur 8 mètres, puis tout droit dans une belle dalle sculptée (V). Traverser le dièdre à gauche pour atteindre un éperon (IV+) qui mène au relais (friends) sur une terrasse, 40 mètres.

L3 : suivre le petit dièdre juste à gauche du relais (V, 1 piton) puis dans l’axe de franches cannelures verticales (IV) jusqu’à une terrasse sur laquelle on traverse à droite pour faire relais sur un pin, 30 mètres.

L4 : la suite est moins définie, partir au dessus du relais sur de petits ressauts (IV) entrecoupés de banquettes herbeuses en visant le pied d’un important bastion orangé où l’on fait relais sur friends, 45 mètres.

L5 : Longueur en ascendance à droite (IV) pour rejoindre la crête des Laquettes, 40 mètres, relais sur friends.

Difficultés :D+, 5 max. et obligatoire. Peu de problème d’itinéraire, voie peu soutenue.

Equipement :La voie est quasiment vierge de tout artifice, nous n’y rencontrerons qu’une sangle dans L1 et un piton dans L3.

Matériel :8 dégaines, coinceurs, jeu de friends jusqu’au Camalot N°2. Encordement à 50 mètres.

Hauteur de la voie :200 mètres pour 5 longueurs.

Altitude sommet :2700 mètres environ.

Horaire :2 à 3 heures.

Topo :Vallée d’Aure, morceaux choisis de Pascal Ravier aux éditions du Cairn.

Où dormir :Refuge au lac d’Orédon accessible en voiture. Le camping est réglementé, possibilité de bivouac au lac d’Orédon et au lac d’Aubert (emplacements indiqués et prévus).

28 juillet, 2010

Marilou à la muraille Sud du Ramougn (24 juillet 2010)

Classé dans : — topospyreneens @ 23:27

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Muraille Sud du Ramougn,

massif du Néouvielle

voie Marilou

Cette voie est assez récente (2008) et réserve des longueurs de toute beauté sur un granit raide et magnifiquement sculpté. Elle mérite vraiment une visite et de devenir classique. Seule petite ombre au tableau, les jardins de la 3ème longueur qui coupent l’élan de la voie, mais c’est le prix à payer pour rejoindre le très beau fronton de la seconde partie de la voie. L’escalade y est cependant assez soutenue, avec, à de courts endroits, un peu d’engagement. L’itinéraire est assez évident et quelques clous en place viennent réconforter le choix du grimpeur.

Topo Marilou

Marilou
Album : Marilou

4 images
Voir l'album

Première ascension :Vincent bezos, Baptiste Durand et Christian Ravier le 20 août 2008.

Accès voiture :De Saint-Lary Soulan, prendre la route d’Espagne que l’on quitte à Fabian pour prendre à droite la route des lacs que l’on suit jusqu’au lac de Cap de Long.

Accès pédestre :Traverser le barrage et s’engager sur le sentier (HRP) qui débute à gauche à son extrémité. On le suit jusque sous le pas du Gat pour le quitter et suivre le sentier des terrasses de Cap de Long qui monte en direction de la brèche du Néouvielle. Il passe sous la voie « parking sauvage » (cairn et inscription PS gravé). Peu après, le sentier s’éloigne de la paroi, le quitter alors pour monter en direction d’un éperon juste à gauche d’un profond couloir. La voie débute dans un court dièdre dans la partie droite d’une importante zone surplombante, 1 piton visible à 4 mètres dans le dièdre. Compter 1 heure.

Descente :Du sommet de la voie, redescendre de quelques mètres dans des rochers raides pour prendre pied dans le versant Est du Ramougn. Descendre à droite en longeant la crête des laquettes et remonter légèrement pour franchir le pas du Gat (quelques cairns). On retrouve le sentier HRP balisé qui ramène au barrage de Cap de Long (45 minutes à 1 heure).

Descriptif des longueurs :

L1 : remonter le dièdre puis une succession de petits ressauts en direction d’un dièdre à gauche qui permet de franchir une courte zone surplombante. Le relais est quelques mètres au-dessus (1 piton au départ puis 1 ficélou), 5+. 1 ficélou au relais.

L2 : en ascendance à gauche (5), 2 pitons. Relais sur un pin sur une bonne terrasse.

L3 : remonter une zone couchée et herbeuse (II) jusqu’à la base du fronton orangé, 80 mètres, 1 piton de relais.

L4 : en légère ascendance à gauche puis droit dans un mur raide sculpté en se tenant à droite d’une importante écaille au départ. Un dièdre très évasé permet d’atteindre un couloir facile qui mène au relais (5+, 1 piton). 1 ficélou au relais.

L5 : continuer dans le dièdre puis traverser largement à gauche lorsqu’il devient plus raide et en mauvais rocher (1 ficélou). Une rampe à gauche puis à droite (1 piton) permet de revenir dans l’axe du relais (5). 1 ficélou au relais.

L6 : monter droit au-dessus du relais, une importante écaille donne accès à une raide fissure (6a, 1 piton) puis à une zone de blocs plus faciles qui mènent à la crête.

Difficultés :TD-, 6a max, 5+ oblig. L’itinéraire est assez évident mais la voie est assez soutenue.

Equipement :Quelques pitons et lunules en place aux relais et dans les longueurs.

Matériel :8 dégaines, coinceurs, jeu de friends jusqu’au 3 camalot. Encordement à 50 mètres.

Hauteur de la voie :250 mètres pour 6 longueurs.

Altitude sommet :2700 mètres environ.

Horaire :3 heures.

Topo :La voie n’est pas dans le topo : vallée d’Aure, morceaux choisis de Pascal Ravier aux éditions du cairn. Il donnera cependant de bonnes indications sur la muraille Sud du ramougn.

Où dormir :Refuge au lac d’Orédon accessible en voiture. Le camping est réglementé, possibilité de bivouac au lac d’Orédon et au lac d’Aubert (emplacements indiqués et prévus).

25 août, 2009

Décalage horaire à la muraille Sud du ramougn (19 août 2009)

Classé dans : — topospyreneens @ 21:36

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Muraille Sud du ramougn (3035 m), secteur du pas du Gat, massif du Néouvielle,

« Décalage horaire »

Il s’agit d’une des toutes dernières de la paroi. Elle se classe, à mon avis, dans les voies à ne pas manquer du secteur. Elle est peu équipée et se déroule sur un très beau granit sculpté aux formes généreuses. Sans être soutenue, elle propose quelques passages physiques dans le 5+/6a. Toutes les longueurs sont belles et nous ont enthousiasmé.

Topo décalage horaire

Décalage horaire
Album : Décalage horaire

2 images
Voir l'album

Première ascension :Serge Sottom et Pascal Ravier le 26 juillet 2009.

Accès voiture :De Saint-Lary Soulan, prendre la route d’Espagne que l’on quitte à Fabian pour prendre à droite la route des lacs que l’on suit jusqu’au lac de Cap de Long.

Accès pédestre :Traverser le barrage et s’engager sur le sentier (HRP) qui débute à gauche à son extrémité. On le suit jusque sous le pas du Gat pour le quitter et suivre le sentier des terrasses de Cap de Long qui monte en direction de la brèche du Néouvielle. Le sentier devient horizontal en passant sous le pas du Gat. Il se redresse à nouveau en se rapprochant de la muraille Sud. La voie débute lorsque le sentier rejoint la muraille. Un profond couloir marque le départ de « Raisin d’ours ». Repérer un petit dièdre 40 mètres à gauche qui marque le début de la voie (cairn). Compter 45 minutes à 1 heure.

Descente :Du sommet de la voie, sur le versant opposé, prendre une rampe qui descend en oblique vers la gauche (cairns) et dépose sur le vaste versant Est du Ramougn. Descendre celui-ci par sa rive droite jusqu’au pas du Gat (attention il s’agit du second col que l’on rencontre sur la crête des Laquettes). Le pas du Gat permet de repasser sur le versant Cap de Long où l’on retrouve le balisage de la HRP et le chemin d’accès (45 minutes à 1 heure du sommet de la voie au parking).

Descriptif des longueurs :L’attaque se situe à l’aplomb d’une profonde fissure que l’on n’emprunte pas.

L1 : partir en légère ascendance à droite dans un dièdre peu marqué et raide (5 /5+), et continuer à peu près dans l’axe sur une dalle sculptée (4+) à gauche d’un éperon. On fait relais sur un pin rabougri à 45 mètres.

L2 : traverser la petite dalle à droite du relais (5) puis monter au mieux dans l’axe sur 40 mètres (4). On trouve 1 piton de relais quelques mètres à droite d’un pin caractéristique visible de l’attaque. Ce relais se trouve au pied d’un ressaut raide de feuillets de granit orangé.

L3 : franchir ce ressaut orangé (5+/6a) par un vague dièdre à droite puis la dalle lichenneuse qui lui fait suite (4+). On trouve 1 piton de relais à 30 mètres au pied d’une terrasse végétative.

L4 : traverser en ascendance à droite la terrasse en direction de deux dièdres successifs et caractéristiques. Franchir ces deux dièdres (5+) séparés par une terrasse avec un pin. Relais à 48 mètres sur un petit éperon (sangle sur un bloc coincé sous un pin).

L5 : monter dans des blocs au dessus du relais puis dans un mur à feuillet légèrement à droite (5) jusqu’à la crête. Relais sur bloc à 25 mètres.

Difficultés :TD-, 5+/6a max et obligatoire. La voie est peu soutenue, les passages les plus difficiles sont courts. Le cheminement logique est simple à suivre.

Equipement :La voie est très peu équipée : 2 pitons et une sangle sont restés en place.

Matériel :8 dégaines, coinceurs, jeu de friends jusqu’au 3 camalot. Les pitons ne sont pas nécessaires, encordement à 50 mètres.

Hauteur de la voie :180 mètres.

Altitude sommet :2500 mètres environ à la sortie de la voie. Le sommet du Ramougn que l’on peut atteindre facilement par son versant Est (III) où l’une des deux arêtes qui le borde culmine à 3035 mètres.

Horaire :2 heures 30.

Topo :Cette nouvelle voie ne figure pas sur le topo : Vallée d’Aure, morceaux choisis de Pascal Ravier aux éditions du cairn qui peut cependant aider pour l’accès, la situation, et la descente.

Où dormir :Refuge au lac d’Orédon accessible en voiture. Le camping est réglementé, possibilité de bivouac au lac d’Orédon et au lac d’Aubert (emplacements indiqués et prévus).

La ruée vers l’Aure au pic central des Alharisses (17 août 2009)

Classé dans : — topospyreneens @ 20:34

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Pic central des Alharisses (2923 m), face Nord-Ouest, massif du néouvielle,

« La ruée vers l’Aure »

La voie s’est avérée très belle et soutenue sur un très beau granit un peu différent des proches murailles Sud du Néouvielle et du Ramougn. Le motif est remarquable alternant dalle fissurée, dièdre raide et fissures. Un autre attrait de l’itinéraire est de sortir tout près du sommet du pic central peu visité si ce n’est par quelques cordées enchaînant la traversée des arêtes. Quelques passages de l’itinéraire peuvent rester humides après des pluies ou des orages. La descente qui se déroule dans un couloir raide et un peu croulant demande un peu d’attention.

topo la ruée vers l'aure

La ruée vers lAure
Album : La ruée vers l'Aure

2 images
Voir l'album

Première ascension :Jean-Luc Ozon et Pascal Ravier le 22 juillet 1990.

Accès voiture :De Saint-Lary Soulan, prendre la route d’Espagne que l’on quitte à Fabian pour prendre à droite la route des lacs que l’on suit jusqu’au lac de Cap de Long.

Accès pédestre :Du parking, s’élever au sud-Ouest dans le vallon issu du petit pic et du pic central des Alharisses. Il encadré par deux magnifiques arêtes granitiques. Une vague sente cairnée amène à un pierrier que l’on remonte jusqu’au pied de la face vers 2760 mètres. L’attaque est évidente, sur le bord gauche d’une dalle claire fissurée. On remarquera sur la droite les 3 pointes du trident des Alharisses.

Descente :Du sommet du pic central, descendre de quelques mètres sur l’arête Est pour plonger immédiatement dans un raide couloir parfois encombré d’éboulis sur le versant Nord. Il se descend assez facilement avec un peu de désescalade. On rencontre un premier amarrage de rappel sur un bloc, on peut encore désescalader en traversant une dalle rive droite puis en suivant une vire pour rejoindre l’axe du couloir. On rencontre alors un second amarrage de rappel sur un bloc. Un rappel de 45 mètres dépose sur l’éboulis ou sur le névé tout près de l’attaque.

Descriptif des longueurs :

L1 : franchir la dalle claire par une large fissure sur son bord gauche. Quelques mètres avant que la dalle ne prenne fin, traverser de 3 mètres à droite pour rejoindre une autre fissure qui mène au pied d’un ressaut raide (5). 50 mètres, 1 piton en place au relais.

L2 : franchir le ressaut au-dessus du relais en contournant un surplomb par la gauche (5+/6a, 1 spit, 1 piton). Continuer dans un dièdre couché (4) jusqu’au pied d’un ressaut vertical. 40 mètres, 2 pitons de relais.

L3 : continuer dans le dièdre fissuré devenu vertical au-dessus du relais (5+) puis légèrement sur la droite par un dièdre moins raide (5). A partir de là, l’itinéraire est moins défini. Continuer toujours en légère ascendance à droite dans des rochers brisés (4+) pour faire relais au niveau d’une dalle verte. 40 mètres, relais sur friends.

L4 : continuer dans des rochers brisés (4) pour rejoindre l’arête Nord devenue visible. 50 mètres, relais sur béquet.

L5 : suivre l’arête Nord (3), presque horizontale, jusqu’au sommet.

Difficultés :TD-, 5+/6a max et obligatoire. La voie, sans être très soutenue, présente quelques passages raides et physiques. L’itinéraire est évident, les passages clés se protégent très bien.

Equipement :La voie est peu équipée : 4 pitons et 1 spit en place.

Matériel :8 dégaines, coinceurs, jeu de friends jusqu’au 3 camalot. Les pitons ne sont pas nécessaires, encordement à 50 mètres. Les crampons peuvent être utiles tôt en saison.

Hauteur de la voie :200 mètres.

Altitude sommet :2923 mètres.

Horaire :3 heures.

Topo :Vallée d’Aure, morceaux choisis de Pascal Ravier aux éditions du cairn.

Où dormir :Refuge au lac d’Orédon accessible en voiture. Le camping est réglementé, possibilités de bivouac au lac d’Orédon et au lac d’Aubert (emplacements indiqués et prévus).

12

halim soulimani |
Clermont foot auvergne |
• ★ • pOpinée De tImb... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecurie
| hamzakhan
| Christophe Dominici