Quelques topos montagne des Pyrénées

  • Accueil
  • > Recherche : henri fiocco

5 février, 2017

Ta touffe m’étouffe à la montagne d’Areng

Classé dans : — topospyreneens @ 12:00

Barousse, montagne d’Areng (2079 m), face Nord,

« Ta touffe m’étouffe » (TD-, M4+/150 m)

Itinéraire logique qui suit une dépression au milieu de deux piliers caractéristiques, dans une très belle ambiance. Seule la seconde longueur est soutenue avec un passage physique. La voie se protège très bien sur friends. De R3, on peut continuer jusqu’au sommet (150 mètres supplémentaires). Pour cela continuer dans l’axe jusqu’à un large col qui donne accès à la partie supérieure de la face Nord que l’on rejoint en traversant à droite.

Topo ta touffe m'étouffe 2

Première ascension : Jean-Pierre Pujolle, Alexis Ballesta et Henri Fiocco le 02 février 2017.

Accès voiture : De Montréjeau, suivre la direction de Bagnères de Luchon, puis à droite celle de Mauléon-Barousse. Prendre ensuite à droite la direction du Port de Balès, traverser Ferrère et aux granges de Crouhens, prendre à droite la piste qui se dirige en direction du col d’Aouet (panneau en bois indiquant Saoube). A partir de là, l’enneigement et les possibilités de votre voiture dicteront votre lieu de stationnement. Continuer sur la piste en rive droite du ruisseau. Elle fait une épingle à la fontaine d’Artigues et revient plein Est. On se garera peu après au niveau d’une grande courbe à gauche (point côté 1325 m) au niveau du ruisseau d’Areng. Si l’enneigement ne permet pas de monter en voiture, Henri a balisé un très bon sentier à partir des tables de pique-nique (point côté 984 m sur la carte IGN).

Accès pédestre : Juste après la courbe à gauche que fait la piste en traversant le ruisseau d’Areng, repèrer à droite une piste qui monte dans la forêt (panneau indiquant la montagne d’Areng). La suivre et prendre à droite à la première intersection. 50 mètres après, prendre à gauche, une piste qui monte raide (cairns, balisage). Elle se transforme en sentier qui conduit à la cabane d’Areng (1631 m). L’horaire est variable en fonction du lieu de stationnement, compter une petite heure de la fontaine d’Artigue. L’attaque se situe dans la dépression entre le couloir du gouffre à gauche et le couloir central à droite.

Description : L1 : suivre la dépression herbeuse (60/70°, 1 goujon). Relais rive gauche (1 goujon).

L2 : Le dièdre de gauche (M4+, 1 piton, 1 goujon), puis des pentes d’herbe. Relais sur arbre rive droite ou gauche.

L3 : Le couloir, alternance d’herbe et neige (45/50° avec un passage plus raide), relais sur arbre.

De R3, on peut continuer jusqu’au sommet (150 mètres supplémentaires). Pour cela continuer dans l’axe jusqu’à un large col qui donne accès à la partie supérieure de la face Nord que l’on rejoint en traversant à droite.

Descente : Du sommet suivre l’arête vers le Nord, passer un premier col, au second plonger à droite par une pente raide qui ramène au pied de la face.

Difficultés : TD-/M4+.

Equipement : 1 goujon dans L1 et R1. Un piton et un goujon dans L2.

Matériel : L’assurage se fait exclusivement dans le rocher, prévoir un jeu de friends complet jusqu’au camalot n°2, des sangles et quelques pitons plat et universel au cas où.

Hauteur de la voie : 150 mètres de difficultés puis 150 mètres pour rejoindre le sommet.

Altitude sommet : 2079 mètres au sommet de la montagne d’Areng.

5 février, 2016

Ras la touffe à la montagne d’Arengg

Classé dans : — topospyreneens @ 23:47

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Barousse, montagne d’Areng (2079 m), pointe cotée 1924 m, face Nord,

« Ras la touffe » ED-/200 m (90° mixte)

Itinéraire logique qui suit une dépression au milieu de raides dalles calcaires avec une très belle ambiance. Globalement soutenu sur les 100 premiers mètres avec une seconde longueur qui relève le niveau, comme ses voisines de droite il se termine par des pentes de neige plus classiques. Aucun matériel en place, tous les relais se font sur des arbres et les longueurs se protègent très bien sur friends.

16-02-05 Ras la touffe à la montagne d'Areng

Première ascension : Patrick Lagleize, Jean-Pierre Pujolle et Henri Fiocco le 05 février 2016.

Accès voiture : De Montréjeau, suivre la direction de Bagnères de Luchon, puis à droite celle de Mauléon-Barousse. Prendre ensuite à droite la direction du Port de Balès, traverser Ferrère et aux granges de Crouhens, prendre à droite la piste qui se dirige en direction du col d’Aouet (panneau en bois indiquant Saoube). A partir de là, l’enneigement et les possibilités de votre voiture dicteront votre lieu de stationnement. Continuer sur la piste en rive droite du ruisseau. Elle fait une épingle à la fontaine d’Artigues et revient plein Est. On se garera peu après au niveau d’une grande courbe à gauche (point côté 1325 m) au niveau du ruisseau d’Areng. Si l’enneigement ne permet pas de monter en voiture, Henri a balisé un très bon sentier à partir des tables de pique-nique (point côté 984 m sur la carte IGN).

Accès pédestre : Juste après la courbe à gauche que fait la piste en traversant le ruisseau d’Areng, repèrer à droite une piste qui monte dans la forêt (panneau indiquant la montagne d’Areng). La suivre et prendre à droite à la première intersection. 50 mètres après, prendre à gauche, une piste qui monte raide (cairns, balisage). Elle se transforme en sentier qui conduit à la cabane d’Areng (1631 m). L’horaire est variable en fonction du lieu de stationnement, compter une petite heure de la fontaine d’Artigue. L’attaque est assez évidente et visible de la cabane (15 minutes de la cabane).

Description : L1 : suivre la dépression herbeuse (80° avec un court passage plus raide) jusqu’à un arbre rive droite.

L2 : Traverser à droite pour rejoindre le bord gauche d’un dièdre. Une fissure encombrée de quelques touffes permet de le remonter (85/90°). lorsque le terrain s’infléchit, traverser à gauche pour rejoindre un arbre où l’on fait relais.

L3 : Dans l’axe par un court dièdre rocheux (85°) puis de raides touffes, relais sur arbre.

La suite est une pente de neige à 45/50° sur environ 100 mètres pour rejoindre la crête.

Descente : Il existe deux possibilités :

- en passant au sommet de la montagne d’Areng. Pour cela, suivre la belle arête neigeuse vers la droite, elle est sans difficulté. De là, descendre la large arête opposée qui part vers le Nord-Ouest et s’engager dans le premier couloir que l’on rencontre à droite. Il est raide au départ (45/50°) et situé sous le vent, il peut être chargé.

- plus rapide, on peut suivre la crête vers la gauche, elle est parfois aérienne mais sans difficulté. On la quitte dès que possible pour descendre sur une croupe neigeuse puis à gauche un couloir qui ramène dans le vallon d’accès.

Difficultés : ED-, il est difficile d’évaluer concrètement la difficulté, il faut s’attendre à des passages verticaux en rocher ou sur des touffes.

Equipement : Néant.

Matériel : L’assurage se fait exclusivement dans le rocher, prévoir un jeu de friends complet jusqu’au camalot n°3 en incluant les micros, des sangles et quelques pitons plat et universel.

Hauteur de la voie : 100 mètres de difficultés puis 100 mètres de couloir neigeux.

Altitude sommet : 1924 mètres à la sortie du couloir et 2079 mètres au sommet de la montagne d’Areng.

22 janvier, 2016

Touche pas à ma touffe à la montagne d’Areng (22 janvier 2016)

Classé dans : — topospyreneens @ 21:38

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Barousse, montagne d’Areng (2079 m), pointe cotée 1924 m, face Nord,

« Touche pas à ma touffe » ED-/250 m (90° mixte)

DSC05824_Fotor

L’exploration se poursuit sur les flancs de cette montagne aux multiples recoins. L’itinéraire est tout aussi logique que sa voisine de droite « Touffe mon amour » en un peu plus raide et soutenue. Les difficultés sont concentrées dans les 100 premiers mètres et se termine dans des pentes de neige plus classiques. Les relais sont équipés d’un goujon et on trouve un piton par longueur, pour le reste ça se protège très bien sur friends.

Première ascension : Jean-Pierre Pujolle et Henri Fiocco le 22 janvier 2016.

Accès voiture : De Montréjeau, suivre la direction de Bagnères de Luchon, puis à droite celle de Mauléon-Barousse. Prendre ensuite à droite la direction du Port de Balès, traverser Ferrère et aux granges de Crouhens, prendre à droite la piste qui se dirige en direction du col d’Aouet (panneau en bois indiquant Saoube). A partir de là, l’enneigement et les possibilités de votre voiture dicteront votre lieu de stationnement. Continuer sur la piste en rive droite du ruisseau. Elle fait une épingle à la fontaine d’Artigues et revient plein Est. On se garera peu après au niveau d’une grande courbe à gauche (point côté 1325 m) au niveau du ruisseau d’Areng. Si l’enneigement ne permet pas de monter en voiture, Henri a balisé un très bon sentier à partir des tables de pique-nique (point côté 984 m sur la carte IGN).

Accès pédestre : Juste après la courbe à gauche que fait la piste en traversant le ruisseau d’Areng, repèrer à droite une piste qui monte dans la forêt (panneau indiquant la montagne d’Areng). La suivre et prendre à droite à la première intersection. 50 mètres après, prendre à gauche, une piste qui monte raide (cairns, balisage). Elle se transforme en sentier qui conduit à la cabane d’Areng (1631 m). L’horaire est variable en fonction du lieu de stationnement, compter une petite heure de la fontaine d’Artigue. L’attaque est assez évidente et visible de la cabane (15 minutes de la cabane).

Description :

L1 : suivre une petite rampe rocheuse en ascendance à gauche jusqu’à une petite vire (1 piton), franchir un ressaut rocheux tout droit (90°), revenir en ascendance à gauche dans du terrain plus facile jusqu’au relais dans un renfoncement (1 goujon).

L2 : dans l’axe de la dépression (80/85°, 1 piton) jusqu’au relais au pied d’un dièdre rocheux (1 goujon).

L3 : Remonter le dièdre, on rencontre deux passages rocheux plus raides (90°) puis une rampe en légère ascendance à gauche jusqu’aux pentes de neige sommitales, relais sur arbre.

Poursuivre par des pentes de neige (60 puis 45°) jusqu’à la crête sommitale.

Descente : Il existe deux possibilités :

- en passant au sommet de la montagne d’Areng. Pour cela, suivre la belle arête neigeuse vers la droite, elle est sans difficulté. De là, descendre la large arête opposée qui part vers le Nord-Ouest et s’engager dans le premier couloir que l’on rencontre à droite. Il est raide au départ (45/50°) et situé sous le vent, il peut être chargé.

- plus rapide, on peut suivre la crête vers la gauche, elle est parfois aérienne mais sans difficulté. On la quitte dès que possible pour descendre sur une croupe neigeuse puis à gauche un couloir qui ramène dans le vallon d’accès.

Difficultés : ED-, il est difficile d’évaluer concrètement la difficulté, il faut s’attendre à des passages verticaux en rocher ou sur des touffes.

Equipement : 3 pitons et 2 goujons en place.

Matériel : L’assurage se fait exclusivement dans le rocher, prévoir un jeu de friends complet jusqu’au camalot n°2 en incluant les micros, des sangles et quelques pitons plats.

Hauteur de la voie : 100 mètres de difficultés puis 150 mètres de couloir neigeux. 

Altitude sommet : 1924 mètres à la sortie du couloir et 2079 mètres au sommet de la montagne d’Areng.

21 janvier, 2016

Touffe mon amour à la montagne d’Areng (21 janvier 2016)

Classé dans : — topospyreneens @ 23:44

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Barousse, montagne d’Areng (2079 m), pointe côtée 1924 m, face Nord,

« Touffe mon amour » TD+/300 m (90° mixte)

Itinéraire logique qui suit une dépression de cette raide face. Techniquement intéressant, raide sur 150 mètres et aboutissant au départ du couloir de sortie de « des pantoufles à la touffe ». Inutile d’attendre la glace, ici comme dans ses voisines, les ancrages se font dans les touffes de préférence gelées. Deux passages plus rocheux viennent pimenter l’ascension, ils se protègent très bien.

16-01-21 Touffe mon amour à la montagne d'Areng copy

Première ascension : Jean-Pierre Pujolle et Henri Fiocco le 21 janvier 2016.

Accès voiture : De Montréjeau, suivre la direction de Bagnères de Luchon, puis à droite celle de Mauléon-Barousse. Prendre ensuite à droite la direction du Port de Balès, traverser Ferrère et aux granges de Crouhens, prendre à droite la piste qui se dirige en direction du col d’Aouet (panneau en bois indiquant Saoube). A partir de là, l’enneigement et les possibilités de votre voiture dicteront votre lieu de stationnement. Continuer sur la piste en rive droite du ruisseau. Elle fait une épingle à la fontaine d’Artigues et revient plein Est. On se garera peu après au niveau d’une grande courbe à gauche (point côté 1325 m) au niveau du ruisseau d’Areng. Si l’enneigement ne permet pas de monter en voiture, Henri a balisé un très bon sentier à partir des tables de pique-nique (point côté 984 m sur la carte IGN).

Accès pédestre : Juste après la courbe à gauche que fait la piste en traversant le ruisseau d’Areng, repèrer à droite une piste qui monte dans la forêt (panneau indiquant la montagne d’Areng). La suivre et prendre à droite à la première intersection. 50 mètres après, prendre à gauche, une piste qui monte raide (cairns, balisage). Elle se transforme en sentier qui conduit à la cabane d’Areng (1631 m). L’horaire est variable en fonction du lieu de stationnement, compter une petite heure de la fontaine d’Artigue. L’attaque est assez évidente et visible de la cabane (15 minutes de la cabane).

Description :

L1 : suivre une rampe neigeuse vers la droite (60°) jusqu’à un petit sapin puis tout droit dans un ressaut raide de touffes (80°, 1 piton) jusqu’au relais (1 goujon) au pied d’une courte cheminée.

L2 : franchir la cheminée (1 piton), un court passage plus raide (90°) permet de prendre pied dans un couloir à 60° coupé par deux petits ressauts plus raides au départ (1 goujon). Relais en haut du couloir (1 goujon).

L3 : dans la dépression à droite d’abord rocheuse et fissurée pour se finir dans des touffes raides jusqu’à un arbre, relais.

On rejoint ici « des pantoufles à la touffe », la suite est un couloir de neige plus classique à 45/50° sur environ 200 mètres.

Descente : Il existe deux possibilités :

- en passant au sommet de la montagne d’Areng. Pour cela, suivre la belle arête neigeuse vers la droite, elle est sans difficulté. De là, descendre la large arête opposée qui part vers le Nord-Ouest et s’engager dans le premier couloir que l’on rencontre à droite. Il est raide au départ (45/50°) et situé sous le vent, il peut être chargé.

- plus rapide, on peut suivre la crête vers la gauche, elle est parfois aérienne mais sans difficulté. On la quitte dès que possible pour descendre sur une croupe neigeuse puis à gauche un couloir qui ramène dans le vallon d’accès.

Difficultés : TD+, il est difficile d’évaluer concrètement la difficulté, il faut s’attendre à des passages verticaux en rocher ou sur des touffes.

Equipement : 2 pitons et 3 goujons en place.

Matériel : L’assurage se fait exclusivement dans le rocher, prévoir un jeu de friends jusqu’au camalot n°2, des sangles et quelques pitons plats.

Hauteur de la voie : 150 mètres de difficultés puis 200 mètres de couloir neigeux.

Altitude sommet : 1924 mètres à la sortie du couloir et 2079 mètres au sommet de la montagne d’Areng.

20 janvier, 2016

Des pantoufles à la touffe (19 janvier 2016)

Classé dans : — topospyreneens @ 12:20

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Barousse, Montagne d’Areng, pointe côtée 1924 m, face Nord,

« Des pantoufles à la touffe » 85°/350 m, ouvert le 17 janvier 2016 par J.L Fricaud et H. Fiocco

Itinéraire très esthétique, techniquement intéressant qui remonte une rampe, une belle goulotte pour terminer par un couloir de neige. Il faudra s’attendre à du mixte typique du lieu avec de bons ancrages dans les nombreuses touffes d’herbe. Lors de notre répétition, deux jours plus tard, avec François Esquerré et Henri Fiocco suivis par Antoine, Thomas et Jérôme, nous avons mis un goujon dans la première longueur, un goujon dans la seconde et deux goujons dans la troisième, ceci afin de réduire l’exposition de certains passages difficiles à protéger. Pour le reste, notamment les relais, de nombreux arbres offrent de très bons emplacements. Des sangles et quelques friends moyens et petits suffiront donc à une répétition. Lors de cette répétition, nous avons suivi une petite variante dans la seconde longueur en suivant le dièdre au-dessus du relais, Henri et Jean-Luc avaient quand à eux suivi une rampe quelques mètres à gauche de ce dièdre. Pour l’approche et la descente, consulter les itinéraires sur ce même sommet. Voici le topo que nous propose Henri Fiocco :

12493599_1086758404688393_5177186670350910679_o

7 janvier, 2009

La Fissure à la montagne d’Areng (05 janvier 2009)

Classé dans : — topospyreneens @ 22:52

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Barousse, montagne d’Areng, 2079 mètres, face Nord,

La Fissure

 Il est parfois des coins insoupçonnés où l’on a peine à croire qu’il est possible d’y pratiquer un pyrénéisme de tout premier ordre. C’est le cas du modeste massif de la montagne d’Areng. Il n’a d’ailleur de modeste que son altitude car les couloirs qu’il propose, qui sont certes parfois un peu courts, n’ont pas à rougir comparés à certaines courses hivernales à la notoriété plus tapageuse.Tout est ici réuni pour passer une belle journée d’alpinisme. A commencer par une charmante cabane accueillante à partir de laquelle une courte marche d’approche vous emménera au pied du couloir convoité. Les très nombreuses possibilités d’itinéraires, du couloir initiatique, à l’itinéraire plus technique comme « La Fissure » permettront à chacun de trouver sa voie. A noter que le passage clé de cette voie (certainement M5 ou un peu plus) est quand même un bon ton au-dessus des difficultés rencontrées dans « Fanou » et demande un peu plus de « métier ».

Topo la fissure à Areng

la fissure à la montagne dAreng
Album : la fissure à la montagne d'Areng

5 images
Voir l'album

Première ascension : Henri Fiocco, que je remercie vivement pour nous avoir indiqué les lieux.

Accès voiture : De Montréjeau, suivre la direction de Bagnères de Luchon, puis à droite celle de Mauléon-Barousse. Prendre ensuite à droite la direction du Port de Balès, traverser Ferrère et aux granges de Crouhens, prendre à droite la piste qui se dirige en direction du col d’Aouet (panneau en bois indiquant Saoube). A partir de là, l’enneigement et les possibilités de votre voiture dicteront votre lieu de stationnement. Continuer sur la piste en rive droite du ruisseau. Elle fait une épingle à la fontaine d’Artigues et revient plein Est. On se garera peu après au niveau d’une grande courbe à gauche (point côté 1325 m) au niveau du ruisseau d’Areng.

Accès pédestre : Juste après la courbe à gauche que fait la piste en traversant le ruisseau d’Areng, repèrer à droite une piste qui monte dans la forêt (panneau indiquant la montagne d’Areng). La suivre et prendre à droite à la première intersection. 50 mètres après, prendre à gauche, une piste qui monte raide (cairns, balisage bleu). Elle se transforme en sentier qui conduit à la cabane d’Areng (1631 m). L’horaire est variable en fonction du lieu de stationnement, compter une petite heure de la fontaine d’Artigue. L’attaque de « Fanou » est évidente au-dessus de la cabane dans une profonde gorge qui part vers la droite, dont on ne voit que la base (15 minutes de la cabane).

Description : On rencontre la fissure proprement dite environ à mi-face, pour l’atteindre il faut emprunter un couloir dissimulé à gauche de l’aplomb de celle-ci. Il donne accès à une pente de neige avec de nombreux sapins. On trouve au-dessus une rampe de gauche à droite qui suit la base de falaises et qui amène à un vaste amphithéatre neigeux d’où l’on commence à voir la fameuse fissure. Continuer en direction de cette profonde faille par une pente de neige puis un passage plus ou moins mixte, plus raide (70/80°), jusqu’au pied de la fissure où l’on fait relais sur friends (trois longueurs jusque là avec des passages neigeux entre 45 et 60° ainsi que des passages mixtes en « dry-toofing », nombreuses possibiltés de s’assurer sur les arbres). La fissure se gravit en deux longueurs :

L4 : mixte ou placage sur la gauche du couloir (70°) jusqu’au relais sur un spit au pied du passage clé.

L5 : neige puis fissure-dièdre difficile d’environ 10 mètres (M5, 2 spits, cotation à confirmer), rétablissement peu commode au-dessus du second spit. Relais sur spit rive gauche au-dessus.

Il reste encore 80 mètres de couloir neigeux à 45/50° avec de courts passages plus raides pour rejoindre la belle arête neigeuse qui mène au sommet.

Descente : Du sommet, descendre la large arête qui part vers le Nord-Ouest et s’engager dans le premier couloir que l’on rencontre à droite. Il est raide au départ (45/50°) et situé sous le vent, il peut être chargé. Il ramène dans le vallon d’accès.

Difficultés : Pentes de neige jusqu’à 60°, mixte difficile (certainement M5 ou un peu plus) qui se protège bien avant les deux spits de sortie. Pas mal de passages assez raides avec des ancrages dans les touffes.

Equipement : On trouve quelques spits à certains relais et dans le passage clé.

Matériel : Lors de notre ascension, nous n’avons pas utilisé de broches. Un jeu de friends jusqu’au camalot bleu et éventuellement quelques coinceurs. Les pitons pourront s’avérer utiles.

Hauteur de la voie : 200 mètres dans le couloir puis 100 mètres de couloir neigeux.

Altitude sommet : 2079 mètres au sommet de la montagne d’Areng.

Horaire : 2 à 3 heures en fonction des conditions.

Topo : On trouve un topo très bien fait avec de belles photos dans un cahier à la cabane d’Areng.

Où dormir : Bien que la course soit rapide, une nuit à la cabane d’Areng (très bien équipée) doit réserver de bons souvenirs.

Fanou à la montagne d’Areng (03 janvier 2009)

Classé dans : — topospyreneens @ 22:26

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Barousse, Montagne d’Areng, pointe côtée 1924 m, face Nord,

Fanou

Il est parfois des coins insoupçonnés où l’on a peine à croire qu’il est possible d’y pratiquer un pyrénéisme de tout premier ordre. C’est le cas du modeste massif de la montagne d’Areng. Il n’a d’ailleur de modeste que son altitude car les couloirs qu’il propose, qui sont certes parfois un peu courts, n’ont pas à rougir comparés à certaines courses hivernales à la notoriété plus tapageuse.Tout est ici réuni pour passer une belle journée d’alpinisme. A commencer par une charmante cabane accueillante à partir de laquelle une courte marche d’approche vous emménera au pied du couloir convoité. Les très nombreuses possibilités d’itinéraires, du couloir initiatique, à l’itinéraire plus technique comme « Fanou » permettront à chacun de trouver sa voie. Si on rajoute à cela un cadre grandiose, mais pas pesant, et tellement sauvage, l’envie de revenir devrait vous chatouiller comme cela a été le cas pour nous.

Topo Fanou 1 à Areng Topo Fanou 2 à Areng

Fanou à la montagne dAreng
Album : Fanou à la montagne d'Areng

5 images
Voir l'album

Première ascension : Henri Fiocco, que je remercie vivement pour nous avoir indiqué les lieux.

Accès voiture : De Montréjeau, suivre la direction de Bagnères de Luchon, puis à droite celle de Mauléon-Barousse. Prendre ensuite à droite la direction du Port de Balès, traverser Ferrère et aux granges de Crouhens, prendre à droite la piste qui se dirige en direction du col d’Aouet (panneau en bois indiquant Saoube). A partir de là, l’enneigement et les possibilités de votre voiture dicteront votre lieu de stationnement. Continuer sur la piste en rive droite du ruisseau. Elle fait une épingle à la fontaine d’Artigues et revient plein Est. On se garera peu après au niveau d’une grande courbe à gauche (point côté 1325 m) au niveau du ruisseau d’Areng.

Accès pédestre :  Juste après la courbe à gauche que fait la piste en traversant le ruisseau d’Areng, repèrer à droite une piste qui monte dans la forêt (panneau indiquant la montagne d’Areng). La suivre et prendre à droite à la première intersection. 50 mètres après, prendre à gauche, une piste qui monte raide (cairns, balisage bleu). Elle se transforme en sentier qui conduit à la cabane d’Areng (1631 m). L’horaire est variable en fonction du lieu de stationnement, compter une petite heure de la fontaine d’Artigue. L’attaque de « Fanou » est évidente au-dessus de la cabane dans une profonde gorge qui part vers la droite, dont on ne voit que la base (15 minutes de la cabane).

Description :  Le couloir peut se gravir en 5 longueurs :

L1 : pente de neige à 45°, relais sur friends rive gauche au pied d’un ressaut étroit plus raide.

L2 : franchir le ressaut (70° ou mixte, 1 piton et 1 spit) puis le couloir à 45° jusqu’au relais sur un spit rive droite.

L3 : ressaut mixte d’environ 10 mètres (M4) constitué d’un bloc coincé que l’on franchit par la fissure à gauche (1 piton qui peut être sous la neige et 3 spits), relais rive gauche sur un arbre.

L4 : couloir en neige à 45°. Relais rive droite sur un spit.

L5 : belle goulotte étroite, passages à 70° et mixte protégé par 2 spits. Relais sur arbre.Il reste une pente de neige d’environ 100 mètres à 45° pour sortir sur la crête.

Descente : Il existe deux possibilités :

- en passant au sommet de la montagne d’Areng. Pour cela, suivre la belle arête neigeuse vers la droite, elle est sans difficulté. De là, descendre la large arête opposée qui part vers le Nord-Ouest et s’engager dans le premier couloir que l’on rencontre à droite. Il est raide au départ (45/50°) et situé sous le vent, il peut être chargé.

- plus rapide, on peut suivre la crête vers la gauche, elle est parfois aérienne mais sans difficulté. On la quitte dès que possible pour descendre sur une croupe neigeuse puis à gauche un couloir qui ramène dans le vallon d’accès.

Difficultés : Pentes de neige à 45/50°, mixte pas trop dur (certainement M4) bien protégé.

Equipement : On trouve quelques pitons et spits à certains relais et dans les passages clés.

Matériel : Lors de notre ascension, nous n’avons pas utilisé de broches. Quelques friends petits et moyens (jusqu’au camalot rouge) et éventuellement quelques coinceurs viendront compléter l’équipement en place. Tous les passages mixtes sont parfaitement protégés. 3 ou 4 pitons dans le sac au cas où.

Hauteur de la voie : 200 mètres dans le couloir puis 100 mètres de pente neigeuse.

Altitude sommet : 1924 mètres à la sortie du couloir et 2079 mètres au sommet de la montagne d’Areng.

Horaire :  2 à 3 heures en fonction des conditions.

Topo : On trouve un topo très bien fait avec de belles photos dans un cahier à la cabane d’Areng.

Où dormir : Bien que la course soit rapide, une nuit à la cabane d’Areng (très bien équipée) doit réserver de bons souvenirs.

13 février, 2008

Cascade RomeOô au lac d’Oô

Classé dans : — topospyreneens @ 20:12

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Rive droite du lac d’Oô

Cascade RomeOô sous la hourquette des Hounts-secs (1750 m. environ)

Très belle cascade. Une approche pas trop longue, des ressauts techniquement intéressants, une descente rapide en rappels en font une cascade qui vaut vraiment le déplacement. Petit bémol toutefois, il ne faut l’entreprendre que par faible enneigement et quand les pentes neigeuses supérieures sont purgées. La cascade voit le soleil à 14 heures mi-février.

 Topo cascade Hounts Secs

Cascade rive droite du lac dOô
Album : Cascade rive droite du lac d'Oô

5 images
Voir l'album

Première ascension : Henri Fiocco et J.L. Carrière le 03 février 2008.

Accès voiture : De Bagnères de Luchon, prendre la route du col de Peyresourde que l’on quitte à gauche à Castillon de Larboust pour monter aux granges d’Astau (parking).

Accès pédestre : Du parking, suivre le GR10 qui monte au lac d’Oô. Continuer en direction du refuge et du lac d’Espingo, la cascade est alors visible. Monter les premiers lacets et au dernier avant que le GR10 ne traverse vers le sud, s’engager dans la gorge à gauche que l’on remonte sur une centaine de mètres jusqu’au pied de la cascade (1 heure 30).

Descente : En 3 rappels avec une corde de 60 mètres, les deux premiers sur arbre, le troisième sur un spit. Avec une corde de 50 mètres, il faut fractionner le premier sur un arbre ou bien descendre facilement 10 mètres à pied dans de la neige.

Difficultés : III/4, à n’entreprendre que par faible enneigement, les pentes au dessus voient très tôt le soleil et purgent régulièrement. La cascade en elle-même voit le soleil à 14 heures mi-février.

Descriptif des longueurs :

- L1 : 70° avec un court passage à 80° avant de traverser sous le cigare pour trouver le relais sous le grand surplomb rocheux. 

- L2 : court cigare (4-5 mètres) à 90° puis pente à 60° jusqu’à 3 petits bouleaux rive droite où l’on fait relais.

- L3 : pente de neige puis traverser à gauche pour découvrir la seconde partie. Ensemble à 70° avec un ressaut à 80°. Relais sur un arbre rive

gauche.

- L4 : 85° avec un dernier ressaut à 90° juste sous le relais sur arbre.

 

Equipement : 1 spit au premier relais, puis cordelettes sur les arbres pour les trois autres.

Matériel : Celui de la cascade de glace. Prévoir 8 à 10 broches. Matériel pour le rocher inutile. Quelques sangles s’il faut remplacer celles en place.

hauteur de la cascade : 180 mètres.

Horaire : 1 heure 30 pour l’approche, 2 à 3 heures pour la cascade.

halim soulimani |
Clermont foot auvergne |
• ★ • pOpinée De tImb... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecurie
| hamzakhan
| Christophe Dominici