Quelques topos montagne des Pyrénées

  • Accueil
  • > Recherche : cap aou voie laffranque

28 octobre, 2014

Eperon Lechêne + Saltimbanque au Cap d’Aou (23 octobre 2014)

Classé dans : — topospyreneens @ 0:56

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Vallée d’Aure, Pène de la Soule,

falaise du cap d’Aou (1531 m), face Sud,

Eperon lechêne avec attaque par « Saltimbanque » et sortie par le dièdre original (TD-/240 m)

La végétation n’est réellement gênante que dans la première longueur, ensuite c’est une succession de belles longueurs. Pas mal de spits de 8 et pitons qu’il faut quand même compléter. Rocher de bonne qualité et bien sculpté.

14-10-23 Eperon Lechêne copy

Première ascension : J.L Lechêne et C. Olivier le 18 septembre 1972.

Accès voiture : De Lannemezan, remonter la vallée d’Aure en direction de Saint-Lary par la D929. Peu avant la sortie de Sarrancolin, prendre à droite la route de la Soule. La suivre jusqu’à son terminus (piste sur la fin) au hameau de Sabathé et se garer juste avant la maison.

Accès pédestre : Suivre le bon sentier qui passe devant la maison (panneau en bois indiquant la falaise). Le suivre en sous-bois pendant environ 15 minutes. On le quitte au niveau d’un gros cairn pour monter directement au pied des falaises par un pierrier (pénible). Lorsque la paroi est proche, monter en légère ascendance vers la gauche pour trouver une sorte de petit amphithéâtre bordé à gauche par l’éperon Lechêne et à droite par l’éperon Laffranque. La voie débute 50 mètres à gauche de cet amphithéâtre au niveau d’une flèche gravée. Compter 45 minutes.

Descente : Rejoindre facilement le sommet de la Pène Loungue puis descendre dans la forêt à droite pour rejoindre un cirque herbeux. Il se rétrécit pour former un petit couloir au bout duquel on trouve un premier relais de rappel sur chaîne. On rejoint le pied de la voie en 2 rappels de 30 mètres.

Descriptif des longueurs :

L1 : peu définie, partir directement pour rejoindre un mur plus raide (fissure au départ), le franchir (2 spits dans le haut). En légère ascendance à droite (1 spit), on rejoint une vire avec un arbre. Repartir en ascendance vers la gauche pour atteindre une dalle (1 spit) au sommet de laquelle on trouve un relais sur deux spits.

L2 : franchir le petit mur fissuré à droite du relais. Remonter une aiguille de gauche à droite (2 spits, 2 pitons). On trouve derrière une zone moins raide (1 piton). Poursuivre sur un éperon secondaire jusqu’à une bonne plate-forme. Relais sur béquet et friend.

L3 : poursuivre sur le flanc gauche de l’éperon jusqu’à deux spits rapprochés. Traverser de 8 mètres à gauche (1 spit) et continuer droit jusqu’à une bonne plate-forme. Relais sur 1 spit et friend.

Désescalader quelques mètres pour rejoindre le col herbeux (échappatoire possible à droite par la forêt).

L4 : continuer sur le flanc gauche de l’éperon par une succession de belles écailles (3 pitons et deux spits), relais sur une vire.

L5 : traverser de cinq mètres à gauche pour atteindre un dièdre fissuré que l’on remonte entièrement pour rejoindre le fil de l’éperon. Relais sur béquet.

Difficultés : TD-, V+ max. et obligatoire, l’itinéraire est facile à suivre sauf pour la première longueur très herbeuse.

Equipement : La voie est équipée en spits de 8 et 10 mm dans les longueurs et aux relais. Les friends et coinceurs viendront compléter

 Matériel : 8 dégaines, sangles, un jeu de friends jusqu’au camalot n°2, quelques coinceurs, sangles. Encordement à 60 mètres.

Hauteur de la voie : 240 mètres. 4 longueurs.

Altitude sommet : 1531 mètres.

Horaire : 2 heure 30 pour la voie.

5 novembre, 2013

Combinaison Barrère-Gillereau et Candau-Peres au cap d’Aou (02 novembre 2013)

Classé dans : — topospyreneens @ 21:34

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Vallée d’Aure, montagne de la Soule,

Falaise du cap d’Aou (1531 m), versant Sud,

combinaison des voies « Barrère-Gillereau » et « Candau-Pérès »

Il s’agit de faire les 4 premières longueurs de la « Barrère-Gillereau » et de terminer par la cheminée de la « Candau-Peres ». Cette combinaison permet une escalade homogène dans la difficulté tout en profitant des belles longueurs de chaque voies. Une fois passées les deux premières longueurs plutôt herbeuses, ça s’améliore nettement au-dessus et l’escalade devient très plaisante. La fissure de L3 et les deux longueurs de la cheminée sont vraiment très belles et méritent à elles seules le déplacement. Pour l’équipement, soit il a vieilli, soit c’est moi qui ai pris de l’âge, mais quelques points seraient peut-être à remplacer, notamment à certains relais.

Combinaison Barrère-Gillereau et Candau-Peres au cap d'Aou (02 novembre 2013) topo-barrere-gillereau-212x300

Première ascension : La voie Candau-Pérès a été ouverte le 1er mai 1964 quand à la Barrère-Gillereau, le 11 mai 1969.

Accès voiture : De Lannemezan, remonter la vallée d’Aure en direction de Saint-Lary par la D929. Peu avant la sortie de Sarrancolin, prendre à droite la route de la Soule. La suivre jusqu’à son terminus (piste sur la fin) au hameau de Sabathé et se garer juste avant la maison.

Accès pédestre : Suivre le bon sentier qui passe devant la maison (panneau en bois indiquant la falaise). Le suivre en sous-bois pendant environ 10 minutes. On le quitte au niveau d’un gros cairn pour monter directement au pied des falaises par un pierrier (pénible). Lorsque la paroi est proche, monter en légère ascendance vers la gauche pour trouver une sorte de petit amphithéâtre bordé à gauche par l’éperon Lechêne et à droite par l’éperon Laffranque. Suivre alors le pied de la paroi vers la gauche sur une centaine de mètres jusqu’à rencontrer l’inscription « CP » gravée dans le rocher, une vieille sangle est visible à une dizaine de mètres. Compter 40 minutes.

Descente : Du dernier relais, atteindre le sommet par la crête. Basculer alors sur le versant opposé et pénétrer dans le bois. Descendre vers la droite jusqu’à un cirque herbeux. Il se rétrécit pour former un petit couloir au bout duquel on trouve le premier relais de rappel sur chaîne. On rejoint le pied de la paroi en 2 rappels de 40 mètres. Compter 1 heure à 1 heure 30.

Difficultés : TD, 6a+ max., V+ oblig., l’itinéraire est facile à suivre.

Equipement : La voie est équipée en pitons et spits de 8 mm dans les longueurs et aux relais. Certains sont en (très) mauvais état et devront être testés.

Matériel : 12 dégaines, sangles, friends petits et moyens jusqu’au Camalot N°2, coinceurs. Marteau pour éventuellement retaper. Encordement à 40 mètres suffisant.

Hauteur de la voie : 200 mètres. 7 longueurs.

Altitude sommet : 1531 mètres.

Horaire : 3 heure 30 pour la voie.

14 juillet, 2011

Les cannes de Jeanne au Cap d’Aou (08 juillet 2011)

Classé dans : — topospyreneens @ 23:02

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Vallée d’Aure, Pène de la Soule,

falaise du cap d’Aou (1531 m), face Sud

Les cannes de Jeanne

Bel itinéraire calcaire perché en vallée d’Aure. Dommage que la végétation vienne un peu gâcher la fête, car tout est réuni pour passer une belle journée. L’escalade est variée : fissures, murs, cheminée, et se termine en beauté sur une arête aérienne.

Première ascension :D. Sartore, A. Sicard et P. Ravier en novembre 1987.

Accès voiture :De Lannemezan, remonter la vallée d’Aure en direction de Saint-Lary par la D929. Peu avant la sortie de Sarrancolin, prendre à droite la route de la Soule. La suivre jusqu’à son terminus (piste sur la fin) au hameau de Sabathé et se garer juste avant la maison.

Accès pédestre :Suivre le bon sentier qui passe devant la maison (panneau en bois indiquant la falaise). Le suivre en sous-bois pendant environ 15 minutes. On le quitte au niveau d’un gros cairn pour monter directement au pied des falaises par un pierrier (pénible). Lorsque la paroi est proche, monter en légère ascendance vers la gauche pour trouver une sorte de petit amphithéâtre bordé à gauche par l’éperon Lechêne et à droite par l’éperon Laffranque. Suivre le pied des falaises vers la droite jusqu’à un chêne isolé ceinturé d’une sangle. Compter 45 minutes. A gauche, se trouve un dièdre très bien marqué.

Descente :Du dernier relais à la sortie de la cheminée, suivre l’arête sur 2 longueurs faciles (IV+ au départ puis II/III, attention au rocher) et descendre facilement au Nord jusqu’à la forêt. On trouve rapidement à gauche un pierrier qui descend en se rétrécissant pour former un couloir herbeux en bas duquel on trouve un relais de rappel sur chaine. 2 rappels de 40 mètres permettent de rejoindre le pied de la paroi dans le l’amphithéâtre cité dans l’accès.

Descriptif des longueurs :

L1 : escalader un vague dièdre fissuré en légère ascendance vers la droite (V, 30 mètres), relais sur spits.

L2 : monter directement sur 7-8 mètres puis traverser à droite et enfin en légère ascendance à droite jusqu’au relais sur 2 spits (V, 30 mètres).

L3 : escalader directement un beau mur puis traverser à gauche au niveau d’un spit pour gagner un éperon qui se couche rapidement pour céder la place à une zone herbeuse que l’on remonte droit jusqu’à une vire, relais sur un chêne (V, 45 mètres).

L4 : elle suit la cheminée qui débute juste à gauche, relais au sommet au niveau d’une brèche (IV+, 40 mètres).

Difficultés :D sup., V max., l’itinéraire est assez évident.

Equipement :La voie est équipée de quelques spits de 8 mm dans les longueurs et aux relais.

Matériel :8 dégaines, sangles, quelques coinceurs, un petit jeu de friends petits et moyens.

Hauteur de la voie :150 mètres. 4 longueurs + 2 longueurs sur l’arète.

Altitude sommet :1531 mètres.

Horaire :1 heure 30 pour la voie.

Topo : « vallée d’Aure, morceaux choisis » de P. Ravier aux éditions du Cairn.

8 juin, 2011

0% de matière grise au Cap d’Aou (20 mai 2011)

Classé dans : — topospyreneens @ 23:23

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Vallée d’Aure, Pène de la Soule,

falaise du cap d’Aou (1531 m), face Sud,

0% de matière grise

J’ai redécouvert avec beaucoup de plaisir cet itinéraire astucieux qui évite les zones herbeuses en restant abordable et idéal pour une première approche des grandes voies. La végétation est malheureusement toujours aussi présente mais laisse une belle place à l’escalade. Mention spéciale pour la dernière longueur en faisant toutefois attention à l’écaille au départ du relais.

Première ascension :E. Springinsfeld et P. Ravier en novembre 1988.

Accès voiture :De Lannemezan, remonter la vallée d’Aure en direction de Saint-Lary par la D929. Peu avant la sortie de Sarrancolin, prendre à droite la route de la Soule. La suivre jusqu’à son terminus (piste sur la fin) au hameau de Sabathé et se garer juste avant la maison.

Accès pédestre :Suivre le bon sentier qui passe devant la maison (panneau en bois indiquant la falaise). Le suivre en sous-bois pendant environ 15 minutes. On le quitte au niveau d’un gros cairn pour monter directement au pied des falaises par un pierrier (pénible). Lorsque la paroi est proche, monter en légère ascendance vers la gauche pour trouver une sorte de petit amphithéâtre bordé à gauche par l’éperon Lechêne et à droite par l’éperon Laffranque. La voie débute au niveau d’un petit mur vertical cannelé (1 spit de 8 mm à 3 mètres du sol). Compter 45 minutes.

Descente :Du dernier relais, pénétrer dans le bois et descendre vers la droite jusqu’à un cirque herbeux. Il se rétrécit pour former un petit couloir au bout duquel on trouve le premier relais de rappel sur chaîne. On rejoint le pied de la voie en 2 rappels de 40 mètres.

Descriptif des longueurs :

L1 : escalader le petit mur vertical cannelé (1 spit, V+) puis basculer légèrement à gauche pour remonter un beau mur à grosses prises juste à gauche d’un dièdre végétal (V). Relais sur 2 spits avec chaîne.

L2 : traverser à gauche (végétation) pour gagner une dalle (IV+, 2 spits) que l’on remonte jusqu’à une large vire. Longueur courte, relais sur 2 spits.

L3 : traverser la vire vers la gauche jusqu’à une écaille, escalader un mur raide (V, 2 spits). Traverser une dalle vers la gauche puis monter droit, une zone facile mène au relais sur 2 spits au pied d’un dièdre.

L4 : remonter la très belle dalle au-dessus du relais en faisant attention à l’écaille à droite (IV+, 2 spits) puis le dièdre qui lui fait suite. Une très belle dalle à grosses prises (IV+, 2 spits) permet d’atteindre le relais au niveau d’un gros bloc.

Difficultés :D, V+ max., l’itinéraire est facile à suivre.

Equipement :La voie est équipée en gougeons et spits de 8 mm dans les longueurs et aux relais.

Matériel :8 dégaines, sangles, éventuellement quelques coinceurs ou friends pour les zones faciles.

Hauteur de la voie :140 mètres. 4 longueurs.

Altitude sommet :1531 mètres.

Horaire :1 heure 30 pour la voie.

Topo : « vallée d’Aure, morceaux choisis » de Pascal ravier aux éditions du Cairn.

halim soulimani |
Clermont foot auvergne |
• ★ • pOpinée De tImb... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecurie
| hamzakhan
| Christophe Dominici