Quelques topos montagne des Pyrénées

23 septembre, 2007

Massif de l’oisans, traversée des aiguilles de Sialouze

Classé dans : — topospyreneens @ 18:04

Vous souhaitez découvrir la montagne accompagné par un guide de haute-montagne, c’est par ici.

Massif de l’oisans, Aiguille de Sialouze, 3576 mètres

Arête sud et traversée arête nord

Voici une magnifique course classique du massif de l’Oisans. Le granite est sans reproche et les jeux de lumière en font parfois une copie des taffonis Corse. L’escalade n’est jamais difficile mais l’approche, les manœuvres de corde, la descente délicate en font une vraie course aux horaires parfois à rallonge.

 Topo traversée Sialouze

Traversée des aiguilles de Sialouze
Album : Traversée des aiguilles de Sialouze

5 images
Voir l'album

Première ascension : Jean Charignon, Pierre Salmon en 1934.

Accès voiture : De Briançon, se rendre l’Argentière la Bessée. De là, prendre la direction de Vallouise puis d’Ailefroide. Ne pas se rendre au Près de madame Carle, mais prendre à gauche dans Ailefroide en direction de la vallée de Celse Nière. Se garer 500 mètres plus loin au niveau du camping, terminus de la route.

Accès pédestre : Remonter le large sentier presque à plat qui longe le torrent de la vallée de Celse Nière (panneau indicateur : refuges du Séle et du Pelvoux). Le sentier monte ensuite en lacets et on commence à apercevoir au loin le refuge du Sélé sur son promontoire. Laisser le sentier qui y conduit et prendre à droite le sentier du refuge du Pelvoux (panneau indicateur). De nombreux lacets conduisent au refuge (2 heures 30 à 3 heures d’Ailefroide). Le 02 septembre 2007, le refuge était fermé et il n’y avait pas d’eau.

Le lendemain, franchir une petite barre rocheuse derrière le refuge pour rejoindre une bonne sente qui amène au sommet de la moraine. Traverser à gauche pour franchir le torrent issu du glacier du Clot de l’homme et continuer à traverser vers la gauche jusque sous la bosse de Sialouze que l’on atteint par une sente en lacets entrecoupée de passages rocheux (névés en début de saison). Traverser le glacier de Sialouze vers l’ouest pour atteindre la brèche de Sialouze (2 heures du refuge).

Descente : Après avoir contourné le 5ème et dernier gendarme (le plus haut et de couleur sombre, l’arête continue ensuite d’un jet jusqu’au pic sans nom), s’engager à droite (est) dans un couloir d’éboulis (neige en début de saison) que l’on descend en 2 rappels. On arrive à un angle d’où part sur la rive droite du couloir une rampe large, inclinée, poussiéreuse. La descendre en 1 ou 2 rappels (fortes chances de coincer le premier) jusqu’au sommet d’une profonde gorge. Un rappel surplombant amène sur une dalle que l’on descend grâce à un dernier grand rappel jusqu’au glacier où l’on retrouve l’itinéraire de montée. (3 à 4 heures du sommet à Ailefroide).

Descriptif de l’itinéraire : De la brèche de Sialouze (3319 m.), franchir un premier ressaut vertical et fissuré puis des dalles légèrement vers la gauche pour atteindre le fil proprement dit (3). Passer versant ouest de l’arête pour remonter une zone de rochers brisés jusqu’au pied du 1er gendarme (3). L’escalader d’abord directement puis sur son flanc est par une vire compacte que l’on traverse vers la droite jusqu’à un couloir cheminée que l’on remonte jusqu’à une brèche (3). Gravir à droite le fil vertical jusqu’à une brèche d’éboulis (3).

Rejoindre le 2ème gendarme que l’on escalade directement, relais à droite 2 mètres sous le sommet (3+). Désescalader de quelques mètres en restant sur le fil et escalader une petite pointe couchée jusqu’à un relais au sommet. Désescalader à nouveau quelques mètres jusqu’à une brèche.

Le ressaut suivant est constitué d’une dalle de 30 mètres. L’escalader d’abord directement puis vers la gauche pour rejoindre un dièdre en ascendance à droite que l’on remonte jusqu’à une large vire d’éboulis (5, 5 pitons).

Traverser la terrasse d’éboulis jusqu’au pied d’un dièdre caractéristique que l’on remonte (knobs) jusqu’à une petite vire compacte que l’on traverse vers la droite jusqu’à une sorte de cuvette que l’on gravit (4+, 1 piton). Une vire que l’on suit vers la droite mène à un pierrier.

Remonter le pierrier jusqu’au pied de la dalle finale de 50 mètres que l’on remonte au mieux en restant au plus facile (4,4+, quelques pitons cachés dans les écailles).

Du sommet, un rappel de 25 mètres amène à une brèche. Escalader directement le 1er gendarme au dessus de la brèche d’abord par une fissure cheminée surplombante puis en traversant vers la gauche (4, 2 pitons). Traverser jusqu’au gendarme suivant. Le gravir directement par une fissure jusqu’au second piton et traverser sur le versant est (très aérien, grosses prises) sur 3 mètres pour continuer l’escalade en écharpe à droite jusqu’à son sommet (4+). Les trois gendarmes suivant se contournent par l’ouest par des vires d’éboulis (neige possible). On atteint ainsi la brèche supérieure de Sialouze. ( 4 à 6 heures de l’attaque).

Difficultés : D, la majorité de l’escalade se situe dans le 4/4+ avec un passage de 5+. L’itinéraire est évident. La descente est un peu délicate surtout si d’autres cordées sont engagées : risque de chute de pierres.

 

Equipement : L’ensemble de l’itinéraire est jalonné de pitons dont certains de relais. Le rocher plutôt compact ne permet pas de rajouter beaucoup de matériel.

Matériel : 5 dégaines dont des longues, un petit jeu de coinceur, un jeu de friends du petit au 2 camalot, sangles, crampons, 1 piolet, rappel de 50 mètres.

Hauteur de la voie : 250 mètres de dénivelée de la brèche au sommet, mais le parcours est rendu plus long par le développement horizontal.

Horaire : 9 à 10 heures du refuge au refuge.

Topo : « Oisans nouveau, oisans sauvage », livre est de Jean-Michel Cambon.

             « les 100 plus belles courses et randonnées, le massif des écrins » de Gaston Rébuffat.

             « Ecrins, ascensions choisies » de Frédéric Chevaillot et Jean-René Minelli.

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

halim soulimani |
Clermont foot auvergne |
• ★ • pOpinée De tImb... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecurie
| hamzakhan
| Christophe Dominici